Connexion

Username:

Password:



Les actualités du monde de la Santé

InVS
HAS - Actualités, Communiqués, Evènements
InVS_Communiqué de Presse
Google Santé
Actusoins
Espace Infirmier

Headlines


Actusoins ? infirmière, infirmier libéral actualité de la profession
  Updated Fri, 14 May 2021 10:07:56 +0000
Description Infirmière, infirmier libéral retrouvez le meilleur de l'actualité pour infirmière libérale et hospitalière. Emploi, Formation, Expertise. Média créé par des infirmiers et infirmières
Webmaster
Category
Generator
Language fr-FR
Une approche douce dans les centres ?antidouleurs?
Category Initiatives, Douleur, Douleurs, Education thérapeutique, éducation thérapeutique du patient, ETP, hypnoanalgésie, hypnose, hypnose médicale, infirmière, médecine complémentaire, prise en charge de la douleur, relaxation, soins sous hypnose, sophrologie, traitement de la douleur
Published:
Description: <p>Le centre d?évaluation et de traitement de la douleur du CHU de Montpellier a été précurseur dans les traitements non médicamenteux de la douleur chronique. La plupart des centres « antidouleurs » de France font de même avec l?appui d?infirmières qui ont suivi des formations spécifiques. Le travail pluri-disciplinaire est une constante. Cet article est [&#8230;]</p>
<p>Cet article <a rel="nofollow" href="https://www.actusoins.com/348428/une-approche-douce-dans-les-centres-antidouleurs.html">Une approche douce dans les centres &#8220;antidouleurs&#8221;</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://www.actusoins.com">Actusoins - infirmière, infirmier libéral actualité de la profession</a></p>
  more...
<p><span style="color: #808080;"><strong>Le centre d?évaluation et de traitement de la douleur du CHU de Montpellier a été précurseur dans les traitements non médicamenteux de la douleur chronique. La plupart des centres « antidouleurs » de France font de même avec l?appui d?infirmières qui ont suivi des formations spécifiques. Le travail pluri-disciplinaire est une constante.<span style="color: #000000;"> Cet article est initialement paru dans le n°38 d'ActuSoins Magazine (septembre 2020). </span></strong></span></p>
<div id="attachment_348432" style="width: 237px" class="wp-caption alignright"><img aria-describedby="caption-attachment-348432" data-attachment-id="348432" data-permalink="https://www.actusoins.com/348428/une-approche-douce-dans-les-centres-antidouleurs.html/une-approche-douce-dans-les-centres-antidouleurs" data-orig-file="https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/une-approche-douce-dans-les-centres-antidouleurs.jpeg" data-orig-size="1082,1430" data-comments-opened="1" data-image-meta="{&quot;aperture&quot;:&quot;0&quot;,&quot;credit&quot;:&quot;&quot;,&quot;camera&quot;:&quot;&quot;,&quot;caption&quot;:&quot;&quot;,&quot;created_timestamp&quot;:&quot;0&quot;,&quot;copyright&quot;:&quot;&quot;,&quot;focal_length&quot;:&quot;0&quot;,&quot;iso&quot;:&quot;0&quot;,&quot;shutter_speed&quot;:&quot;0&quot;,&quot;title&quot;:&quot;&quot;,&quot;orientation&quot;:&quot;0&quot;}" data-image-title="Une Approche Douce Dans Les Centres Antidouleurs" data-image-description="" data-medium-file="https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/une-approche-douce-dans-les-centres-antidouleurs-227x300.jpeg" data-large-file="https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/une-approche-douce-dans-les-centres-antidouleurs-775x1024.jpeg" class="wp-image-348432 size-medium" title="Après 25 minutes de pose du patch Qutenza, les particules de piment sont ôtées avec un gel" src="https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/une-approche-douce-dans-les-centres-antidouleurs-227x300.jpeg" alt="Après 25 minutes de pose du patch Qutenza, les particules de piment sont ôtées avec un gel" width="227" height="300" srcset="https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/une-approche-douce-dans-les-centres-antidouleurs-227x300.jpeg 227w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/une-approche-douce-dans-les-centres-antidouleurs-775x1024.jpeg 775w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/une-approche-douce-dans-les-centres-antidouleurs-768x1015.jpeg 768w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/une-approche-douce-dans-les-centres-antidouleurs-170x225.jpeg 170w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/une-approche-douce-dans-les-centres-antidouleurs-61x80.jpeg 61w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/une-approche-douce-dans-les-centres-antidouleurs-300x396.jpeg 300w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/une-approche-douce-dans-les-centres-antidouleurs.jpeg 1082w" sizes="(max-width: 227px) 100vw, 227px" /><p id="caption-attachment-348432" class="wp-caption-text">Après 25 minutes de pose du patch Qutenza, les particules de piment sont ôtées avec un gel. © Myriem Lahidely.</p></div>
<p>« <em>Le piment de Cayenne, c?est high tech !</em> » Ce vendredi matin, au Centre d?évaluation et de traite-ment de la douleur (CETD) de l?hôpital Saint-Eloi (CHU de Montpellier), Françoise a trouvé de la ressource pour faire un brin d?humour.</p>
<p>Cette patiente souffre de douleurs neuropathiques et de lombosciatique bilatérale, chroniques.</p>
<p>Elle vient pour un « Qutenza », patch dont le piment est le principe actif (capsaïcine). Il va rester posé vingt-cinq minutes, chauffer fortement, et saturer, pour les désensibiliser, les récepteurs de la douleur.</p>
<p>Christèle Galizzi, infirmière (IDE) au sein du service, le lui a appliqué sur les lombaires basses, côté droit, après une prescription par un médecin algologue du service. « <em>On pose un patch tous les trois mois, si à la troisième séance il n?y a pas de bénéfice, c?est qu?a priori ça ne marchera pas </em>», précise la soignante.</p>
<p>Sa patiente vient pour la quatrième fois en un an et demi. Le dernier patch a été posé, il y a six mois, et l?amélioration est significative. « <em>Les douleurs reviennent de façon toujours plus espacées dans le temps, se réjouit Françoise. Je peux de nouveau porter un vêtement, ce qui m?était insupportable avant. </em>»</p><div class="actus-content" style="text-align: center; " id="actus-900865797"><div style="margin-left: auto; margin-right: auto; text-align: center; " id="actus-571291572" data-advadstrackid="306615" data-advadstrackbid="1" data-advadsredirect="" class="actus-target"><a href="https://www.brothier.com/mentions-reglementaires-des-produits/" rel="nofollow" class="adv-link" target="_blank"><img src="https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2019/10/coalgan.gif" alt="" width="728" height="90" style="display: inline-block; max-width: 100%; height: auto;" /></a></div></div>
<p>Elle repart après un point d?état précis, fait avec l?infirmière, sur son ressenti, sur les possibles réactions, et des conseils en cas de sensation de brûlure... Quatre à six patients sont pris en charge chaque matin, pour le même soin. D?autres viendront aussi pour une séance de mésothérapie à diffusion lente prescrite par un médecin, effectuée par une infirmière, pour une infiltration ou tout autre soin.</p>
<h2>Douleurs rebelles</h2>
<p>Les personnes malades qui sollicitent le CETD viennent toutes pour des douleurs restées rebelles à tout traitement conventionnel, quelle que soit la spécialité.</p>
<p>Que ces douleurs fassent suite à une intervention chirurgicale, une pathologie - cancer, polyneuropathie diabétique ou alcoolique, zona, amputation, fibromyalgie, un événement traumatique... ou qu?il s?agisse encore de céphalées ou de douleurs de l?appareil locomoteur.</p>
<p>« <em>Ces patients représentent 17 à 20% de la population,</em> rappelle Patrick Giniès, directeur du centre depuis trente ans. <em>Leurs douleurs persistent alors même que la cause initiale a été traitée. </em>»</p>
<p>Depuis longtemps déjà, le département d?« Algologie, psychosomatique, maladies fonctionnelles » montpelliérain, un des tout premiers en France, a développé une prise en charge innovante et non médicamenteuse du traitement de la douleur chronique.</p>
<p>Une approche pluridisciplinaire dont ce CETD, qui a fêté 41 ans en janvier2020, est un pionnier et une référence en France. Et les patients affluent : 1500 nouveaux passent la porte chaque année.</p>
<p>« <em>La douleur chronique est un syndrome complexe. Elle est à la fois biopsychosociale parce qu?il y a le corps mais il y a aussi un versant psychique et un contexte personnel, familial, professionnel qui peut influer, explique le docteur Patrick Giniès. Elle demande une analyse dia-gnostique globale et pluri-professionnelle</em>. »</p>
<h2>Infirmières en première ligne</h2>
<p>Dans cette écoute pluri-focale de la personne malade, les infirmières « <em>ont un rôle majeur par le regard qu?elles portent comme soignantes à part entière, ou par leur diagnostic </em>», insiste le médecin.</p>
<p>Six infirmières exercent ainsi dans cette unité qui a fait de la relation patient-soignant, une question centrale. En hospitalisation ou en consultation, elles interviennent en concertation avec des praticiens ? neurologue, rhumatologue, gastro-entérologue, psychosomaticien et anesthésiste ? tous algologues, ainsi qu?un psychiatre et deux psychologues, dans un service où travaillent ensemble une quinzaine de professionnels de santé.</p>
<p>Tous ont intégré dans leur approche l?intérêt de la méditation, de la musicothérapie, en place depuis bientôt vingt ans, ou encore de la psychothérapie. En bonne place aussi, dans le panel des soins de supports, l?hypnose ou l?<a href="https://www.actusoins.com/formations-infirmieres/hypnoanalgesie-une-pratique-au-sein-dune-equipe-de-soins" target="_blank" rel="noopener">hypnoanalgésie</a>, le massage relationnel qui vise à soulager en mobilisant des émotions ou encore la relaxation et des techniques comme la Neurostimulation électrique transcutanée (TENS).</p>
<p>« <em>Mettre en place une TENS par exemple, nécessite une heure quinze d?entretien car il y a un peu d?éducation à faire </em>», indique Christèle Galizzi. L?infirmière reçoit généralement seule les patients qui lui sont envoyés par un médecin.</p>
<p>Dans une consultation d?une heure en moyenne, elle explique le processus antalgique, le fonctionnement de l?appareil, le programme à choisir... Après un test, ils sauront trouver les meilleurs points où poser les électrodes et être autonomes, puis la soignante assurera un suivi à un mois, trois mois et six mois.</p>
<p>« Pour tirer les meilleurs bénéfices de cet appareil, il faut l?utiliser trois à cinq heures par jour. Nous sommes donc là pour voir s?il n?y a pas de difficultés et les aider à l?utiliser au mieux», précise Christèle Galizzi. Ce faisant, deux tiers des patients obtiennent de bons résultats, selon le docteur Giniès.</p>
<h2>Eduquer pour une meilleure gestion de la douleur</h2>
<div id="attachment_348433" style="width: 260px" class="wp-caption alignleft"><a href="https://www.actusoins.com/348428/une-approche-douce-dans-les-centres-antidouleurs.html/une-approche-douce-dans-les-centres-antidouleurs-2" rel="attachment wp-att-348433"><img aria-describedby="caption-attachment-348433" data-attachment-id="348433" data-permalink="https://www.actusoins.com/348428/une-approche-douce-dans-les-centres-antidouleurs.html/une-approche-douce-dans-les-centres-antidouleurs-2" data-orig-file="https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/une-approche-douce-dans-les-centres-antidouleurs-1.jpeg" data-orig-size="1088,818" data-comments-opened="1" data-image-meta="{&quot;aperture&quot;:&quot;0&quot;,&quot;credit&quot;:&quot;&quot;,&quot;camera&quot;:&quot;&quot;,&quot;caption&quot;:&quot;&quot;,&quot;created_timestamp&quot;:&quot;0&quot;,&quot;copyright&quot;:&quot;&quot;,&quot;focal_length&quot;:&quot;0&quot;,&quot;iso&quot;:&quot;0&quot;,&quot;shutter_speed&quot;:&quot;0&quot;,&quot;title&quot;:&quot;&quot;,&quot;orientation&quot;:&quot;0&quot;}" data-image-title="Une Approche Douce Dans Les Centres Antidouleurs" data-image-description="" data-medium-file="https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/une-approche-douce-dans-les-centres-antidouleurs-1-250x188.jpeg" data-large-file="https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/une-approche-douce-dans-les-centres-antidouleurs-1-1024x770.jpeg" class="wp-image-348433 size-medium" src="https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/une-approche-douce-dans-les-centres-antidouleurs-1-250x188.jpeg" alt="" width="250" height="188" srcset="https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/une-approche-douce-dans-les-centres-antidouleurs-1-250x188.jpeg 250w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/une-approche-douce-dans-les-centres-antidouleurs-1-1024x770.jpeg 1024w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/une-approche-douce-dans-les-centres-antidouleurs-1-768x577.jpeg 768w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/une-approche-douce-dans-les-centres-antidouleurs-1-170x128.jpeg 170w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/une-approche-douce-dans-les-centres-antidouleurs-1-90x68.jpeg 90w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/une-approche-douce-dans-les-centres-antidouleurs-1-300x226.jpeg 300w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/une-approche-douce-dans-les-centres-antidouleurs-1.jpeg 1088w" sizes="(max-width: 250px) 100vw, 250px" /></a><p id="caption-attachment-348433" class="wp-caption-text">Cette échelle de douleur, modèle conçu par le docteur Ginies, comprend une bossette douce, utilisée pour tester la sensibilité des zones d'alodinie. © Myriem Lahidely</p></div>
<p>Au-delà des soins qui lui sont dispensés, le patient apprend ici à se reformater, se ré-harmoniser, à gérer sa douleur de façon plus autonome et à la transcender. « <em>Ça n?a rien d?ésotérique !</em> » confie le directeur du département.</p>
<p>L?<a href="https://www.actusoins.com/276964/education-therapeutique-choisir-formation.html" target="_blank" rel="noopener">ETP (Education thérapeutique du patient)</a>, c?est, dès le début de la prise en charge, une étape incontournable.</p>
<p>Les infirmières, là aussi, tiennent le premier rôle. Objectif : déterminer ce que le patient sait, ou ne sait pas, de sa douleur, de son sens, de son mécanisme, et de ses traitements. « <em>Il faut évaluer ce qu?ils prennent, les éduquer à ce sujet car ils ne comprennent souvent pas le sens de ce qui leur est prescrit </em>», indique Caterina Régis, infirmière en place dans cette unité depuis vingt-deux ans.</p>
<p>Outre les antalgiques classiques, sont en effet prescrits des antidépresseurs ou des antiépileptiques, à petite dose. Il faut alors leur expliquer pourquoi, surveiller s?ils prennent la bonne posologie pour éviter des surdosages. « <em>Nous faisons aussi le tour de ce qu?ils savent des facteurs de comorbidité, de l?anxiété ou du manque de sommeil, par exemple, qui aggravent la douleur </em>», rappelle Dominique Gillet, infirmière ressource douleur au CETD du CHU de Grenoble ? site de Voiron.</p>
<p>« <em>Ces ETP leur apprennent à modifier leurs comportements et nous les revoyons à trois mois, six mois, puis un an, selon le protocole de l?ARS </em>», indique-t-elle. </p>
<p>Caterina Régis, qui a créé les premières <a href="https://www.actusoins.com/formations-infirmieres/formation-infirmier-praticien-en-consultation" target="_blank" rel="noopener">consultations infirmières</a> à Montpellier il y a un vingtaine d?années, a parmi ses prérogatives des consultations d?<a href="https://www.actusoins.com/formations-infirmieres/formation-sensibilisation-hypnose-conversationnelle-et-hypnoanalgesie" target="_blank" rel="noopener">hypnoanalgésie</a>.</p>
<p>Elle a pour ce faire, obtenu un Diplôme universitaire, après deux ans de formation. Elle mène ses séances de façon autonome avec des patients qui peuvent lui être adressés par un généraliste en ville ou par un algologue du service. « <em>Quoi qu?il en soit, même si je les reçois seule en première intention et si je suis à même de décider si cela a un intérêt ou pas pour eux, ils seront toujours vus par un médecin à un moment ou à un autre, en début et en fin de suivi. </em>»</p>
<p>Ou lors d?un bilan d?étape de séances d?hypnose, avec un gastroentérologue par exemple. Ceux qu?elle reçoit pour de la mésothérapie (injections d?anesthésiques locaux sur des points « gâchettes »), lui sont par contre adressés sur prescription médicale.</p>
<h2>Des formations spécifiques</h2>
<p>Le métier est difficile. « <em>Nous sommes très axés sur le versant psychologique quand, dans un service traditionnel, un infirmier s?occupe surtout du biologique </em>», évoque Dominique Gillet. Cela fait, entre autres, appel à une forte capacité d?écoute pour soutenir, tenir le rôle de coach, voire d?assistante sociale : contacter le médecin du travail, par exemple, songer à l?amélioration d?un logement...</p>
<p>« <em>Cet exercice demande surtout de se remettre constamment en mouvement par rapport au métier, le dépasser en développant de nouvelles compétences </em>», indique Dominique Gillet, soignante qui dépend du médecin chef de service, mais travaille de façon autonome en digitopuncture, en neuro-stimulation ou en hypnose.</p>
<p>« <em>Les thérapies non médicamenteuses se sont développées dans nos départements douleurs parce que nous nous sommes formées </em>», souligne justement Caterina Régis. Dans de grosses structures telles que Montpellier, Grenoble, Nantes ou Nice, comme dans les petites, les infirmières sont, de fait, toutes dotées d?une grosse expertise. « <em>On ne peut exercer dans un CETD sans un parcours d?au moins cinq ans comme infirmière, avec un <a href="https://www.actusoins.com/formations-infirmieres/d-i-u-prise-en-charge-de-la-douleur-formation-des-professionnels-de-la-sante" target="_blank" rel="noopener">DU Prise en charge de la douleur</a> comme autre condition sine qua non </em>», indique Dominique Gillet.</p>
<p>Le cursus est complété de nombreuses formations, suivies selon les centres d?intérêt. Parmi lesquelles il y a l?hypnose ou la <a href="https://www.actusoins.com/formations-infirmieres/fondements-de-relaxation" target="_blank" rel="noopener">relaxation</a>, comme à Montpellier, la <a href="https://www.actusoins.com/formations-infirmieres/sophrologie-outil-de-gestion-de-douleur" target="_blank" rel="noopener">sophrologie</a>, l?étayage psychologique ou la digitopuncture, à Voiron, la magnétothérapie à Grenoble, par exemple. « <em>L?accompagnement de chaque CETD diffère selon les formations de leurs soignants </em>», précise-t-elle.</p>
<p><strong>Pour aller plus loin</strong> : <a href="https://www.actusoins.com/formations-infirmieres" target="_blank" rel="noopener">Formations DPC pour les infirmiers et infirmières</a></p>
<h2>Visions croisées</h2>
<p>Au CETD du CHU de Grenoble, Florence Gallo fait remarquer que « <em>la prise en charge par toute une équipe a elle même un effet sur le patient. </em>»</p>
<p>Cette infirmière ressource douleur et ses deux collègues travaillent avec des médecins, dont un pratique l?auriculothérapie, un autre l?acupuncture, et deux psychologues exerçant avec des outils comme l?<a href="https://www.actusoins.com/formations-infirmieres/apprentissage-de-lemdr-infirmiers" target="_blank" rel="noopener">EMDR</a> (eye movement desensitization and reprocessing c?est-à-dire désensibilisation et retraitement par les mouvements oculaires) pour soigner les douleurs post traumatiques.</p>
<p>« <em>Pour aller tous dans le même sens, chacun, soignant ou praticien, doit remettre en perspective ce qu?il ressent et le valider avec l?équipe qui a rencontré le patient</em> », précise-t-elle.</p>
<p>Ces visions croisées sont le propre de tous ces centres « anti douleurs » qui accueillent des personnes aux histoires compliquées, parfois lourdes, toujours uniques. Ces professionnels les conduisent là où ils sont restés vivants, pour activer leurs ressources. « <em>Nous les amenons à accepter, puis à réagir et à mettre en jeu de nouvelles façons de vivre », </em>indique Florence Gallo. En bref,<em> « nous les aidons à passer d?un cercle vicieux à un cercle vertueux. </em>»</p>
<p style="text-align: right;"><strong>Myriem Lahidely</strong></p>
<p style="text-align: right;"><a class="maxbutton-3 maxbutton maxbutton-newsletter" title="Abonnez-vous à la newsletter Actusoins" href="https://www.actusoins.com/inscription-newsletter"><span class='mb-text'>Je m'abonne à la newsletter</span></a></p>
<blockquote>
<p style="text-align: center;"><strong>UNE EXPERTISE À RECONNAÎTRE</strong></p>
<p>Dans leurs consultations douleur, une partie des actes réalisés par ces infirmières spécialisées ne sont toujours pas cotés.</p>
<p>Ou s?ils ont une cotation (TENS, ETP ou hypnose par exemple), ils ne rapportent pas à l?hôpital. En outre, « <em>notre métier n?est pas officiellement reconnu </em>» rappelle Dominique Gillet.</p>
<p>La commission infirmières de la Société française d?étude et de traitement de la douleur (<a href="http://www.sfetd-douleur.org" target="_blank" rel="noopener">www.sfetd-douleur.org</a>) à laquelle elle participe, travaille à promouvoir cette expertise, et à faire valoriser les actes infirmiers.</p>
<p>« <em>Nous avons déjà créé un profil type avec un référentiel d?activité qui édicte les champs de compétences et les métiers </em>», précise-t-elle. Mais pour l?instant, il n?existe toujours pas d?<a href="https://www.actusoins.com/formations-infirmieres/ipa-infirmier-en-pratique-avancee-diplome-detat-de-ipa" target="_blank" rel="noopener">IPA Infirmière en pratique avancée</a> Ressource douleur. « <em>Les <a href="https://www.actusoins.com/315591/infirmier-de-pratique-avancee-une-nouvelle-profession-en-marche.html" target="_blank" rel="noopener">IPA Infirmières en pratiques avancées</a> n?existent que pour les maladies chroniques telles que le diabète, les insuffisances rénales, respiratoires et cardiaques, ou en psychiatrie </em>», indique Muriel Perriot.</p>
<p>Seule infirmière dans le petit CETD de Châteauroux où n?ont lieu que des consultations, celle-ci est notamment formée en sophrologie et en thérapies brèves. Salariée à temps plein, elle assure, 1000 consultations par an en moyenne, tout confondu. « <em>Il faudra attendre encore un peu pour une validation de l?IPA </em><em>ressource douleur, mais cela avance pas à pas </em>», confie Muriel Perriot. </p>
</blockquote>
<p style="text-align: right;"><strong><img data-attachment-id="337479" data-permalink="https://www.actusoins.com/337473/psychiatrie-un-montage-sonore-pour-apaiser-les-patients.html/couv-38" data-orig-file="https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2020/10/couv-38.jpeg" data-orig-size="1376,1724" data-comments-opened="1" data-image-meta="{&quot;aperture&quot;:&quot;0&quot;,&quot;credit&quot;:&quot;&quot;,&quot;camera&quot;:&quot;&quot;,&quot;caption&quot;:&quot;&quot;,&quot;created_timestamp&quot;:&quot;0&quot;,&quot;copyright&quot;:&quot;&quot;,&quot;focal_length&quot;:&quot;0&quot;,&quot;iso&quot;:&quot;0&quot;,&quot;shutter_speed&quot;:&quot;0&quot;,&quot;title&quot;:&quot;&quot;,&quot;orientation&quot;:&quot;0&quot;}" data-image-title="Couv 38" data-image-description="" data-medium-file="https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2020/10/couv-38-239x300.jpeg" data-large-file="https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2020/10/couv-38-817x1024.jpeg" class="alignright wp-image-337479" title="Actusoins magazine pour infirmière infirmier libéral" src="https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2020/10/couv-38-239x300.jpeg" alt="Actusoins magazine pour infirmière infirmier libéral" width="190" height="238" srcset="https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2020/10/couv-38-239x300.jpeg 239w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2020/10/couv-38-817x1024.jpeg 817w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2020/10/couv-38-768x962.jpeg 768w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2020/10/couv-38-1226x1536.jpeg 1226w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2020/10/couv-38-170x213.jpeg 170w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2020/10/couv-38-64x80.jpeg 64w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2020/10/couv-38-300x376.jpeg 300w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2020/10/couv-38-1200x1503.jpeg 1200w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2020/10/couv-38.jpeg 1376w" sizes="(max-width: 190px) 100vw, 190px" />Cet article est paru dans le n°38 d'ActuSoins Magazine (Septembre - Octobre - novembre 2020)<br />
</strong><strong><span style="color: #808080;">Il est à présent en accès libre. </span></strong></p>
<p style="text-align: right;"><strong><br />
</strong><strong>ActuSoins vit grâce à ses abonnés et garantit une information indépendante et objective.<br />
</strong><strong><span style="color: #808080;">Pour contribuer à soutenir ActuSoins, tout en recevant un magazine complet (plus de 70 pages d'informations professionnelles, de reportages et d'enquêtes exclusives) tous les trimestres,</span> nous vous invitons donc à vous abonner. </strong></p>
<p style="text-align: right;"><a href="https://www.actusoins.com/abonnement-actusoins" target="_blank" rel="noopener noreferrer"><strong>Pour s' abonner au magazine (14,90 ?/ an pour les professionnels, 9,90 ? pour les étudiants), c'est ICI</strong></a></p>
<p style="text-align: right;"><a class="maxbutton-2 maxbutton maxbutton-abonnez-vous" title="Abonnez-vous au magazine Actusoins" href="https://www.actusoins.com/abonnement-actusoins"><span class='mb-text'>Abonnez-vous au magazine Actusoins</span></a></p>
<p><strong>Pour aller plus loin : <br />
</strong></p>
<p><a href="https://www.actusoins.com/formations-infirmieres/formation-sensibilisation-hypnose-conversationnelle-et-hypnoanalgesie" target="_blank" rel="noopener">Formation Sensibilisation à l?hypnose conversationnelle et l?hypnoanalgésie</a><br />
<a class="" href="https://www.actusoins.com/formations-infirmieres/hypnoanalgesie-une-pratique-au-sein-dune-equipe-de-soins" target="_blank" rel="noopener noreferrer">Hypnoanalgésie : une pratique au sein d?une équipe de soins</a><br />
<a class="" href="https://www.actusoins.com/formations-infirmieres/hypnose-medicale" target="_blank" rel="noopener noreferrer">Hypnose Médicale</a><br />
<a class="" href="https://www.actusoins.com/formations-infirmieres/formation-hypnose-et-prise-en-charge-de-la-douleur-du" target="_blank" rel="noopener noreferrer">Formation Hypnose et prise en charge de la douleur DU</a><br />
<a class="" href="https://www.actusoins.com/formations-infirmieres/formation-certificat-dinfirmiere-praticienne-en-hypnose" target="_blank" rel="noopener noreferrer">Certificat d?Infirmière Praticienne en Hypnose</a><br />
<a class="" href="https://www.actusoins.com/formations-infirmieres/hypnose-dans-le-traitement-des-douleurs-chroniques-et-rebelles" target="_blank" rel="noopener noreferrer">Hypnose dans le traitement des douleurs chroniques et rebelles</a><br />
<a class="" href="https://www.actusoins.com/formations-infirmieres/hypnose-en-analgesie-et-dans-le-traitement-de-la-douleur-aigue" target="_blank" rel="noopener noreferrer">Hypnose en analgésie et dans le traitement de la douleur aiguë</a><br />
<a href="https://www.actusoins.com/formations-infirmieres/formation-hypnose-medicale-formation-certifiante" target="_blank" rel="noopener">Hypnose médicale : Formation certifiante</a><br />
<a class="" href="https://www.actusoins.com/formations-infirmieres/contes-et-metaphores-therapeutiques-en-hypnose" target="_blank" rel="noopener noreferrer">Contes et métaphores thérapeutiques en hypnose</a><br />
<a href="https://www.actusoins.com/formations-infirmieres/initiation-a-lhypnose-lors-des-soins-optimiser-sa-clinique-ameliorer-sa-communication-et-prendre-soin-de-soi" target="_blank" rel="noopener noreferrer">Initiation à l?hypnose lors des soins : optimiser sa clinique, améliorer sa communication et prendre</a><br />
<a href="https://www.actusoins.com/formations-infirmieres/d-u-hypnose-therapeutique" target="_blank" rel="noopener noreferrer">D.U. Hypnose et de communication thérapeutiques</a><br />
<a class="" href="https://www.actusoins.com/formations-infirmieres/hypnose-prise-charge-de-douleur" target="_blank" rel="noopener noreferrer">Hypnose et prise en charge de la douleur</a><br />
<a href="https://www.actusoins.com/formations-infirmieres/hypnose-prise-charge-de-douleur" target="_blank" rel="noopener noreferrer">Formation Hypnose et prise en charge de la douleur</a><br />
<a class="" href="https://www.actusoins.com/formations-infirmieres/traitement-lhypnose-douleur-chronique-ses-dimensions-physiques-psychologiques" target="_blank" rel="noopener noreferrer">Traitement par l?hypnose de la douleur chronique dans ses dimensions physiques et psychologiques</a><br />
<a class="" href="https://www.actusoins.com/formations-infirmieres/hypnoanalgesie-dans-les-soins-en-extra-hospitalier" target="_blank" rel="noopener noreferrer">Hypnoanalgésie dans les soins en extra-hospitalier</a></p>
<p>Cet article <a rel="nofollow" href="https://www.actusoins.com/348428/une-approche-douce-dans-les-centres-antidouleurs.html">Une approche douce dans les centres &#8220;antidouleurs&#8221;</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://www.actusoins.com">Actusoins - infirmière, infirmier libéral actualité de la profession</a></p>
<img src="http://feeds.feedburner.com/~r/actusoins/~4/FCabxbXvLnI" height="1" width="1" alt=""/>
Malaise infirmier : génération désenchantée
Category A découvrir, Newsletter, Burn-out, burn-out infirmier, charge de travail, Conditions de travail, démission, épuisement professionnel, infirmière, Mal-être, malaise infirmier, Maltraitance, Manifestation infirmière, manque de personnel, Pénibilité, reconnaissance, reconnaissance profession, revalorisation salariale, Ségur de la santé, Suicide
Published:
Description: <p>Pression constante, manque de matériel, burn-out, et même suicides... Comment en est-on arrivé là ? Cette question, l?ensemble de la profession se la pose. La crise du Covid a encore renforcé les craintes. Les annonces du Ségur seront-elles suffisantes pour apaiser la colère ?  Cet article est initialement paru dans le n°38 d'ActuSoins Magazine (septembre 2020).  [&#8230;]</p>
<p>Cet article <a rel="nofollow" href="https://www.actusoins.com/348398/malaise-infirmier-generation-desenchantee.html">Malaise infirmier : génération désenchantée</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://www.actusoins.com">Actusoins - infirmière, infirmier libéral actualité de la profession</a></p>
  more...
<p><strong><span style="color: #808080;">Pression constante, manque de matériel, burn-out, et même suicides... Comment en est-on arrivé là ? Cette question, l?ensemble de la profession se la pose. La crise du Covid a encore renforcé les craintes. Les annonces du Ségur seront-elles suffisantes pour apaiser la colère ?  <span style="color: #000000;">Cet article est <span style="caret-color: #808080;">initialement paru dans le n°38 d'ActuSoins Magazine (septembre 2020). </span></span></span></strong></p>
<div id="attachment_348420" style="width: 260px" class="wp-caption alignright"><img aria-describedby="caption-attachment-348420" data-attachment-id="348420" data-permalink="https://www.actusoins.com/348398/malaise-infirmier-generation-desenchantee.html/malaise-infirmier-generation-desenchantee" data-orig-file="https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/malaise-infirmier-generation-desenchantee-scaled.jpg" data-orig-size="2300,1533" data-comments-opened="1" data-image-meta="{&quot;aperture&quot;:&quot;3.2&quot;,&quot;credit&quot;:&quot;&quot;,&quot;camera&quot;:&quot;Canon EOS 6D&quot;,&quot;caption&quot;:&quot;&quot;,&quot;created_timestamp&quot;:&quot;1592319333&quot;,&quot;copyright&quot;:&quot;&quot;,&quot;focal_length&quot;:&quot;70&quot;,&quot;iso&quot;:&quot;100&quot;,&quot;shutter_speed&quot;:&quot;0.000625&quot;,&quot;title&quot;:&quot;&quot;,&quot;orientation&quot;:&quot;0&quot;}" data-image-title="Malaise Infirmier Generation Desenchantee" data-image-description="" data-medium-file="https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/malaise-infirmier-generation-desenchantee-250x167.jpg" data-large-file="https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/malaise-infirmier-generation-desenchantee-1024x683.jpg" class="wp-image-348420 size-medium" title="Lors d'une manifestation des soignants à Marseille, en Juin 2020" src="https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/malaise-infirmier-generation-desenchantee-250x167.jpg" alt="Lors d'une manifestation des soignants à Marseille, en Juin 2020" width="250" height="167" srcset="https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/malaise-infirmier-generation-desenchantee-250x167.jpg 250w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/malaise-infirmier-generation-desenchantee-1024x683.jpg 1024w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/malaise-infirmier-generation-desenchantee-768x512.jpg 768w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/malaise-infirmier-generation-desenchantee-1536x1024.jpg 1536w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/malaise-infirmier-generation-desenchantee-2048x1365.jpg 2048w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/malaise-infirmier-generation-desenchantee-170x113.jpg 170w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/malaise-infirmier-generation-desenchantee-90x60.jpg 90w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/malaise-infirmier-generation-desenchantee-300x200.jpg 300w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/malaise-infirmier-generation-desenchantee-1200x800.jpg 1200w" sizes="(max-width: 250px) 100vw, 250px" /><p id="caption-attachment-348420" class="wp-caption-text">Lors d'une manifestation des soignants à Marseille, en Juin 2020. © Malika Surbled / ActuSoins.</p></div>
<p>La crise du Covid aura révélé ce que l?on savait déjà depuis des années: la profession infirmière est malade.</p>
<p>Et si la rémission est possible, le processus de guérison sera long. Certes, un pic de suicides avait été atteint en 2016 en France, mais, en témoigne l?effroyable année 2020, la situation est loin de s?être améliorée.</p>
<p>Pour Olivier Youinou, de Sud Santé AP-HP, les chiffres des morts liés aux conditions de travail seraient largement sous-évalués, car difficilement comptabilisables tandis que le nombre de soignants contaminés n?est toujours pas officiellement partagé. (information de septembre 2020, Ndlr)</p>
<p>« <em>La situation continue de se dégrader : le nombre de postes ne fait que diminuer, les moyens également. Sans compter les fermetures de lits : en juin encore, juste après la crise, 14 lits de réa ont été fermés au CHU de Strasbourg, tout un symbole tant le Grand Est a été touché par le coronavirus! </em>», s?indigne Thierry Amouroux, porte-parole du SNPI.</p>
<p>Et ce, malgré les mesures du Ségur de la santé qui promettait l?arrêt des fermetures de lits, l?une des revendications portées par les nombreuses manifestations infirmières des derniers mois, parallèlement à la revalorisation salariale et davantage de moyens matériels.</p><div class="actus-content" style="text-align: center; " id="actus-2054123668"><div style="margin-left: auto; margin-right: auto; text-align: center; " id="actus-1345925372" data-advadstrackid="306615" data-advadstrackbid="1" data-advadsredirect="" class="actus-target"><a href="https://www.brothier.com/mentions-reglementaires-des-produits/" rel="nofollow" class="adv-link" target="_blank"><img src="https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2019/10/coalgan.gif" alt="" width="728" height="90" style="display: inline-block; max-width: 100%; height: auto;" /></a></div></div>
<p>Le grand tournant de ce système aujourd?hui exsangue, rappelle Jean-Philippe Pierron, philosophe spécialiste de l?éthique, s?est produit ces dix dernières années. Tout d?abord, il est lié aux enjeux de la professionnalisation du métier : « <em>Les infirmières ont eu le besoin de se penser comme des professionnelles et de s?éloigner du mythe de la dimension vocationnelle. Il leur a fallu aussi montrer que leur métier était légitime car il était mesurable. L?effet pervers est que, justement, les compétences émotionnelles et relationnelles qui rendent possibles le soin sont tout sauf mesurables </em>».</p>
<p>Dans le même temps, « <em>le monde de la santé s?est mis à recourir à des méthodes industrielles. On produit du soin comme on produit de la matière première </em>». En 2009, avec la mise en place de la T2A, c?est-à-dire de la tarification à l?acte, le soin devient « <em>désormais standardisable, normé, tarifé </em>», précise le philosophe.</p>
<p>En plein dans le mille d?une logique ultralibérale. « <em>L?hôpital, ce n?est pas France Telecom avec un management qui casse volontairement les gens. Mais les gens sont broyés par le système </em>», déplore Thierry Amouroux.</p>
<h2>La déshumanisation des soins sur sa lancée</h2>
<p>Parmi les difficultés rencontrées au quotidien, le manque de fourniture. « <em>Le petit matériel manque, comme des appareils, des lampes, des tensiomètres, des ECG. La logique est d?acheter au moins coûtant, donc le matériel s?avère rapidement défectueux et est envoyé en réparation. Chaque semaine, vous vous retrouvez à devoir gérer le manque de compresses, de seringues, à courir dans le service d?à côté pour voir s?ils en ont encore. Cela revient à une gestion à flux tendu. C?est l?enfer quotidien des soignants </em>», raconte Thierry Amouroux.</p>
<p>D?autant plus dur pendant la crise du Covid, qui a agi comme un révélateur sur le manque des équipements de protection. Mais en 2019, déjà, la révolte grondait. Il y a un tout juste an, le plan urgences d?Agnès Buzyn, alors ministre de la Santé, était adopté en réaction des mouvements de grève d?une ampleur inédite dans près de la moitié des urgences de France. Mais à part les primes qui ont bien été attribuées, « <em>impossible de savoir ce que sont devenus ces 754 millions d?euros, perdus dans les méandres de l?hôpital </em>», glisse-t-il encore.</p>
<h2>De l?épreuve de la perte de sens...</h2>
<div id="attachment_348421" style="width: 260px" class="wp-caption alignleft"><img aria-describedby="caption-attachment-348421" data-attachment-id="348421" data-permalink="https://www.actusoins.com/348398/malaise-infirmier-generation-desenchantee.html/malaise-infirmier-generation-desenchantee-2" data-orig-file="https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/malaise-infirmier-generation-desenchantee-1.jpg" data-orig-size="2008,1339" data-comments-opened="1" data-image-meta="{&quot;aperture&quot;:&quot;7.1&quot;,&quot;credit&quot;:&quot;&quot;,&quot;camera&quot;:&quot;Canon EOS 6D&quot;,&quot;caption&quot;:&quot;&quot;,&quot;created_timestamp&quot;:&quot;1594746663&quot;,&quot;copyright&quot;:&quot;&quot;,&quot;focal_length&quot;:&quot;70&quot;,&quot;iso&quot;:&quot;100&quot;,&quot;shutter_speed&quot;:&quot;0.0025&quot;,&quot;title&quot;:&quot;&quot;,&quot;orientation&quot;:&quot;0&quot;}" data-image-title="Malaise Infirmier Generation Desenchantee" data-image-description="" data-medium-file="https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/malaise-infirmier-generation-desenchantee-1-250x167.jpg" data-large-file="https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/malaise-infirmier-generation-desenchantee-1-1024x683.jpg" class="wp-image-348421 size-medium" title="Mobilisation à Paris, le 14 juillet 2020, au lendemain des annonces du Ségur, jugées insuffisantes par les manifestants" src="https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/malaise-infirmier-generation-desenchantee-1-250x167.jpg" alt="Mobilisation à Paris, le 14 juillet 2020, au lendemain des annonces du Ségur, jugées insuffisantes par les manifestants" width="250" height="167" srcset="https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/malaise-infirmier-generation-desenchantee-1-250x167.jpg 250w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/malaise-infirmier-generation-desenchantee-1-1024x683.jpg 1024w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/malaise-infirmier-generation-desenchantee-1-768x512.jpg 768w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/malaise-infirmier-generation-desenchantee-1-1536x1024.jpg 1536w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/malaise-infirmier-generation-desenchantee-1-170x113.jpg 170w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/malaise-infirmier-generation-desenchantee-1-90x60.jpg 90w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/malaise-infirmier-generation-desenchantee-1-300x200.jpg 300w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/malaise-infirmier-generation-desenchantee-1-1200x800.jpg 1200w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/malaise-infirmier-generation-desenchantee-1.jpg 2008w" sizes="(max-width: 250px) 100vw, 250px" /><p id="caption-attachment-348421" class="wp-caption-text">Mobilisation à Paris, le 14 juillet 2020, au lendemain des annonces du Ségur, jugées insuffisantes par les manifestants. © Malika Surbled / ActuSoins</p></div>
<p>« <em>Faire un soin en une minute de temps, cela n?a pas de sens. Groupes homogènes de malades, logique industrielle, actes tarifés... Nous ne travaillons pas dans une fabrique de boulons </em>», déplore-t-il.</p>
<p>A ce stade de la réflexion, la perte de sens guette. Ce qui engendre une souffrance chez les soignants, déjà bien présente avant le Covid. « <em>Une fois, en arrivant dans la chambre d?une patiente, je l?ai trouvée en train de se couper les cheveux. Elle était assez jeune, avait un cancer et elle savait qu?ils allaient tomber. Elle pleurait à chaudes larmes. Et là, je n?ai eu que deux minutes pour la consoler </em>».</p>
<p>Deux minutes face à sa détresse. Camille, alors infirmière dans une clinique en banlieue parisienne, se sent impuissante. Elle n?a pas le temps de l?empathie. Cet événement agit sur elle comme un déclencheur. Le mal-être était sous-jacent, il devient une évidence. Passe encore la boule au ventre avant d?aller au travail, mais se sentir maltraitante, c?en était trop pour elle. « <em>Un matin, je n?ai pas pu passer la porte de chez moi. Je me suis retrouvée recroquevillée derrière mon canapé. Il fallait que j?arrête. </em>» Elle a depuis raccroché la blouse.</p>
<h2>...à la démission</h2>
<div id="attachment_348422" style="width: 213px" class="wp-caption alignright"><img aria-describedby="caption-attachment-348422" data-attachment-id="348422" data-permalink="https://www.actusoins.com/348398/malaise-infirmier-generation-desenchantee.html/malaise-infirmier-generation-desenchantee-3" data-orig-file="https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/malaise-infirmier-generation-desenchantee.jpeg" data-orig-size="662,980" data-comments-opened="1" data-image-meta="{&quot;aperture&quot;:&quot;0&quot;,&quot;credit&quot;:&quot;&quot;,&quot;camera&quot;:&quot;&quot;,&quot;caption&quot;:&quot;&quot;,&quot;created_timestamp&quot;:&quot;0&quot;,&quot;copyright&quot;:&quot;&quot;,&quot;focal_length&quot;:&quot;0&quot;,&quot;iso&quot;:&quot;0&quot;,&quot;shutter_speed&quot;:&quot;0&quot;,&quot;title&quot;:&quot;&quot;,&quot;orientation&quot;:&quot;0&quot;}" data-image-title="Malaise Infirmier Generation Desenchantee" data-image-description="" data-medium-file="https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/malaise-infirmier-generation-desenchantee-203x300.jpeg" data-large-file="https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/malaise-infirmier-generation-desenchantee.jpeg" class="wp-image-348422 size-medium" title="Malaise infirmier : génération désenchantée" src="https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/malaise-infirmier-generation-desenchantee-203x300.jpeg" alt="Malaise infirmier : génération désenchantée" width="203" height="300" srcset="https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/malaise-infirmier-generation-desenchantee-203x300.jpeg 203w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/malaise-infirmier-generation-desenchantee-170x252.jpeg 170w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/malaise-infirmier-generation-desenchantee-54x80.jpeg 54w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/malaise-infirmier-generation-desenchantee-300x444.jpeg 300w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/malaise-infirmier-generation-desenchantee.jpeg 662w" sizes="(max-width: 203px) 100vw, 203px" /><p id="caption-attachment-348422" class="wp-caption-text">© Cyrienne Clerc</p></div>
<p>La perte de sens, un véritable fil rouge dans tous les récits des soignants. Elise*, 25 ans, l?a également ressenti de plein fouet. Aujourd?hui, elle travaille dans un laboratoire d?analyse médicale.</p>
<p>Quatre ans après l?obtention de son diplôme, elle était trop abîmée. Déjà lors de sa formation en IFSI, elle avait été marquée par un passage en Ehpad qui se révèle un calvaire, avec ses 60 résidents et son manque de temps pour les laver qui la pousse à pratiquer une « <em>maltraitance involontaire </em>», comme elle l?évoque pudiquement.</p>
<p>Puis elle débute dans un établissement de l?est de la France au sein d?un service de médecine interne. Au bout de trois ans, elle s?épuise : changement d?équipe, collègues parties, arrêts maladie non remplacés et poids grandissant de l?informatisation.</p>
<p>«<em> J?étais stressée, énervée pour rien, fatiguée, j?ai eu des problèmes de dos</em> », se souvient-elle. Très souvent, elle n?a pas le temps de déjeuner ou même d?aller aux toilettes.</p>
<p>Peu à peu, le spectre de la déshumanisation de l?hôpital apparaît comme une évidence. Puis elle décide, pour un peu de changement et aussi car elle était référente hygiène, de devenir assistante cadre.</p>
<p>C?est là qu?un déclic se produit, au-delà du recours intempestif aux « <em>?feedback?, tableaux Excel et réunions inutiles qui m?éloignaient de la réalité du terrain </em>».</p>
<p>Un jour, elle doit participer à la réalisation d?un « testing ». Malgré ses réticences, elle est poussée par la direction à « subtiliser » de la morphine afin d?évaluer comment les équipes réagissent. Ayant le sentiment d?avoir trahi ses collègues, elle décide de démissionner.</p>
<p>Dans une longue lettre ? que nous avons pu consulter - adressée au directeur de l?établissement, elle revient sur les raisons de son départ. « <em>Les résultats de ce ?test?, je vais vous les donner : des soignants énervés, stressés, qui ont verbalisé un ?ras le bol?, qui se braquent et ne veulent plus s?investir (...) des soignants qui se sont senti trahis, piégés, (...) des arrêts maladies pour burn out, des pleurs, et des cadres épuisés émotionnellement...</em>», écrit-elle.</p>
<p>Arrivée au stade où elle n?arrivait pas à se lever le matin, pleurait tout le temps, n?avait plus envie de rien, ressentait des douleurs musculaires, elle devait arrêter. Quel dommage. « <em>On me disait pourtant que j?étais une bonne infirmière </em>»...</p>
<p>Elle retente une dernière fois dans une clinique francilienne. Mais, « <em>entre les médecins qui prescrivent inutilement, les locaux vétustes, l?impossibilité de trouver une seringue ou un pansement, une dame qui avait 22 de tension et qui a failli faire un AVC car elle n?a pas reçu le bon traitement, j?avais l?impression de faire de la médecine de brousse </em>».</p>
<p>Elise démissionne au bout d?un mois. Aujourd?hui, avec l?afflux de patients non-Covid qui reviennent à l?hôpital ou en perspective d?une seconde vague potentielle, la profession n?est pas près de connaître un peu de répit. « <em>Les soignants n?arrivent pas à rattraper le retard accumulé et de nombreux patients se retrouvent dans des situations dramatiques </em>», s?inquiète Thierry Amouroux. Ne laissant pas indemnes les soignants.</p>
<h2>«Ce sentiment de mal avoir fait qui ne nous quitte jamais»</h2>
<div class="react-file-viewer__content comments2 comments2-annotation-enabled" data-preview-type="ssr_doc" data-theme="web">
<div class="react-file-viewer__preview react-file-preview">
<div class="flex-preview-container">
<div class="flex-preview-container">
<div class="flex-preview-container">
<div class="preview-content preview-pdf preview-pdf-ssr">
<div class="viewer-container">
<article class="_2vSqL8i6js pdf-viewer">
<div class="EQJE7qmsBz viewer-container__sizer page-container pdf-viewer__pages">
<div id="pageContainer6" class="_3DaXQB8TXp page" data-index="5">
<div class="sc-annotation-conductor-layer sc-annotation-conductor-layer__can-create">
<div class="sc-annotation-highlight-creation-layer">
<div class="sc-annotation-rectangle-creation-layer">
<div class="sc-annotation-instructional-tooltip-pane">
<div id="attachment_348423" style="width: 210px" class="wp-caption alignleft"><img aria-describedby="caption-attachment-348423" data-attachment-id="348423" data-permalink="https://www.actusoins.com/348398/malaise-infirmier-generation-desenchantee.html/malaise-infirmier-generation-desenchantee-4" data-orig-file="https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/malaise-infirmier-generation-desenchantee-1.jpeg" data-orig-size="600,898" data-comments-opened="1" data-image-meta="{&quot;aperture&quot;:&quot;0&quot;,&quot;credit&quot;:&quot;&quot;,&quot;camera&quot;:&quot;&quot;,&quot;caption&quot;:&quot;&quot;,&quot;created_timestamp&quot;:&quot;0&quot;,&quot;copyright&quot;:&quot;&quot;,&quot;focal_length&quot;:&quot;0&quot;,&quot;iso&quot;:&quot;0&quot;,&quot;shutter_speed&quot;:&quot;0&quot;,&quot;title&quot;:&quot;&quot;,&quot;orientation&quot;:&quot;0&quot;}" data-image-title="Malaise Infirmier Generation Desenchantee" data-image-description="" data-medium-file="https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/malaise-infirmier-generation-desenchantee-1-200x300.jpeg" data-large-file="https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/malaise-infirmier-generation-desenchantee-1.jpeg" class="wp-image-348423 size-medium" title="Manifestation infirmière" src="https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/malaise-infirmier-generation-desenchantee-1-200x300.jpeg" alt="Manifestation infirmière" width="200" height="300" srcset="https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/malaise-infirmier-generation-desenchantee-1-200x300.jpeg 200w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/malaise-infirmier-generation-desenchantee-1-170x254.jpeg 170w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/malaise-infirmier-generation-desenchantee-1-53x80.jpeg 53w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/malaise-infirmier-generation-desenchantee-1-300x449.jpeg 300w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/malaise-infirmier-generation-desenchantee-1.jpeg 600w" sizes="(max-width: 200px) 100vw, 200px" /><p id="caption-attachment-348423" class="wp-caption-text">© Cyrienne Clerc</p></div><br />
Car évoluer avec ce désagréable sentiment de ne pas avoir bien fait les choses, « <em>ça ne vous lâche pas. On passe d?un patient à l?autre. On rentre chez soi en se demandant si on n?a rien oublié. Cet engagement vient mordre sur nos temps de la vie, les repos, les loisirs </em>», lâche Olivier Youinou.</div>
<div> </div>
<div class="sc-annotation-instructional-tooltip-pane">Les choix inhumains viennent encore alourdir la charge de travail : comment être serein quand, pendant la crise sanitaire, il a fallu procéder au tri des patients en réanimation.</div>
<div> </div>
<div class="sc-annotation-instructional-tooltip-pane">« <em>Ça laisse un trauma pour tous les soignants </em>», affirme Thierry Amouroux.</div>
<div> </div>
<div class="sc-annotation-instructional-tooltip-pane">Chez les infirmières, le phénomène du burn-out est sans doute mal évalué, car il n?est toujours pas reconnu comme maladie professionnelle. Les chiffres d?une enquête menée par l?association Soins aux Professionnels de Santé réalisée en avril-mai 2020 ont pourtant montré que 85% des soignants ne se sont pas sentis soutenus sur le plan psychologique depuis le début de la crise.</div>
<div> </div>
<div class="sc-annotation-instructional-tooltip-pane">Les difficultés connues dès le début de leur carrière, liées au côtoiement de la maladie et de la mort, auxquelles viennent s?ajouter des contraintes organisationnelles - les horaires, les nuits, les week-ends...- et le fort turn over tuent les motivations. « <em>Quand en plus il se produit des dysfonctionnements, les gens craquent </em>», analyse Olivier Youinou.</div>
<div> </div>
<h2>Accélération des départs</h2>
<p>« <em>Depuis le Covid, nous voyons une accélération des départs</em>, confirme Thierry Amouroux, surtout de la part des jeunes. <em>Entre les manifestations des derniers mois, la crise, le manque de matériel qui continue et la limitation de la reconnaissance du Covid en maladie professionnelle accordée seulement aux soignants décédés ou sous assistance respiratoire, ils n?ont vraiment plus rien à attendre </em>».</p>
<p>Diane*, 38 ans, infirmière en psychiatrie dans un établissement parisien, expérimente régulièrement des situations où des patients sortent avant même d?être stabilisés.</p>
<p>Quand elle a commencé, elle avait le temps de faire un jeu de société avec un patient, ce qui était un moment idéal pour « <em>observer ses difficultés, évaluer le relationnel avec l?autre, voir s?il soutenait le regard </em>». Aujourd?hui, par manque de personnel ? sept infirmières contre douze, il y a quelques années ? et des médecins pressurisés, les malades restent moins longtemps.</p>
<p>Résultat : ils reviennent quelques jours plus tard, alors que cela « <em>peut être dangereux pour eux comme nous </em>», comme cette fois où un malade agressif avait réussi à pénétrer derrière le comptoir d?accueil.</p>
<p>A elle aussi, il arrive souvent de repasser un coup de fil, une fois rentrée chez elle, juste pour s?assurer qu?elle n?a rien oublié. Comme de nombreuses autres infirmières, elle expérimente cette perméabilité permanente entre la sphère professionnelle et la personnelle.</p>
</div>
</div>
</div>
</div>
<div id="pageContainer7" class="_3DaXQB8TXp page" data-index="6">
<div class="sc-annotation-view-layer">
<div class="sc-annotation-view-layer__regular-sublayer">
<h2 class="sc-annotation-view-layer__regular-highlight-sublayer">Un manque de reconnaissance</h2>
<div id="attachment_348424" style="width: 260px" class="wp-caption alignright"><a href="https://www.actusoins.com/348398/malaise-infirmier-generation-desenchantee.html/malaise-infirmier-generation-desenchantee-5" rel="attachment wp-att-348424"><img aria-describedby="caption-attachment-348424" data-attachment-id="348424" data-permalink="https://www.actusoins.com/348398/malaise-infirmier-generation-desenchantee.html/malaise-infirmier-generation-desenchantee-5" data-orig-file="https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/malaise-infirmier-generation-desenchantee-2.jpeg" data-orig-size="714,468" data-comments-opened="1" data-image-meta="{&quot;aperture&quot;:&quot;0&quot;,&quot;credit&quot;:&quot;&quot;,&quot;camera&quot;:&quot;&quot;,&quot;caption&quot;:&quot;&quot;,&quot;created_timestamp&quot;:&quot;0&quot;,&quot;copyright&quot;:&quot;&quot;,&quot;focal_length&quot;:&quot;0&quot;,&quot;iso&quot;:&quot;0&quot;,&quot;shutter_speed&quot;:&quot;0&quot;,&quot;title&quot;:&quot;&quot;,&quot;orientation&quot;:&quot;0&quot;}" data-image-title="Malaise Infirmier Generation Desenchantee" data-image-description="" data-medium-file="https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/malaise-infirmier-generation-desenchantee-2-250x164.jpeg" data-large-file="https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/malaise-infirmier-generation-desenchantee-2.jpeg" class="wp-image-348424 size-medium" src="https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/malaise-infirmier-generation-desenchantee-2-250x164.jpeg" alt="" width="250" height="164" srcset="https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/malaise-infirmier-generation-desenchantee-2-250x164.jpeg 250w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/malaise-infirmier-generation-desenchantee-2-170x111.jpeg 170w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/malaise-infirmier-generation-desenchantee-2-90x59.jpeg 90w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/malaise-infirmier-generation-desenchantee-2-300x197.jpeg 300w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/malaise-infirmier-generation-desenchantee-2.jpeg 714w" sizes="(max-width: 250px) 100vw, 250px" /></a><p id="caption-attachment-348424" class="wp-caption-text">© Cyrienne Clerc</p></div>
<p>Le tout, sans reconnaissance institutionnelle. Parce que les soignants se plaignent aussi du mépris des directions. « <em>Auparavant, les directeurs venaient de la promotion sociale, connaissaient le fonctionnement de l?hôpital. Mais nous sommes désormais face à des jeunes loups, qui passent d?une usine de yaourt au secteur automobile</em>, déplore Thierry Amouroux. <em>Ils gèrent des tableaux de bord. Il règne une vraie méconnaissance, un vrai décalage. </em>»</p>
<p>C?est ce qu?a traversé Diane, alors que son établissement était en grève depuis six mois pour dénoncer les conditions de travail dégradées par le regroupement hospitalier. « <em>On a senti cet énorme mépris de la direction et des DRH, alors qu?on expliquait combien on était en souffrance. La DRH nous a littéralement ri au nez ! Mais sans nous, l?hôpital ne tourne pas. On est dédiées à notre travail. On est le ?post-it? des médecins. On doit penser à tout, même aux traitements alors que nous ne prescrivons pas. Notre charge mentale est énorme </em>», raconte-t-elle, attristée.</p>
<p>Quelques mois après la crise du Covid, sa voix est toute faible au téléphone. Tout ce qu?elle décrivait a été décuplé. Elle a dû changer en un claquement de doigt toute sa façon de travailler et a culpabilisé de ne pouvoir « <em>voir </em>» les patients qui en avaient tant besoin.</p>
<p>« <em>Je suis à bout. L?hôpital public est en train de me tuer. Alors je vais prendre le temps pour chercher les bonnes formations sur le coaching, les thérapies alternatives... J?adore mon métier mais tout ce qu?il y a autour me le fait détester</em>».</p>
<h2>Des salaires toujours au plancher</h2>
<p>Responsabilités, pénibilité et horaires, un trio pas si gagnant. Pour Elise*, « <em>commencer avec 1500 ou 1600 euros nets après trois ans d?études et finir à 2000 euros en fin de carrière, ne permet simplement pas de vivre toute seule </em>».</p>
<p>Le point, gelé depuis dix ans (depuis la parution de cet article, des annonces ont été faites, ndlr), fait stagner les salaires tandis que le coût de vie ne cesse d?augmenter.</p>
<p>Les infirmières donnent tout et sans compter. En témoigne le 1,2million de jours de compte épargne-temps (CET) non pris par les soignants. « <em>Vous imaginez le nombre d?emplois que cela représente ? </em>», interroge Thierry Amouroux. Olivier Youinou a la réponse: « <em>Pour rendre ces jours au personnel, Martin Hirsch (DG de l?AP-HP) devrait fermer la Pitié-Salpétrière pendant un an</em>. »</p>
<p>Alors quand elles partent enfin en retraite, après tant d?années auprès des malades, certaines infirmières présentent un taux d?invalidité de 20%, allant même jusqu?à 30% chez les aide-soignantes.</p>
<p>Et leur espérance de vie est inférieure de sept ans à celle d?une femme française (moyenne de 85 ans), selon Thierry Amouroux, qui ajoute : « <em>Ces chiffres sont édifiants </em>». Sans compter la pénibilité mal prise en compte... « <em>Personne ne peut encore, à 63 ou 65 ans, soulever, manipuler et redresser des patients de 90kg. C?est comme être pilote de ligne à 70 ans, ça devient dangereux</em>. »</p>
</div>
</div>
</div>
<h2>Les ratios : une solution ?</h2>
<div id="attachment_348425" style="width: 260px" class="wp-caption alignleft"><a href="https://www.actusoins.com/348398/malaise-infirmier-generation-desenchantee.html/malaise-infirmier-generation-desenchantee-6" rel="attachment wp-att-348425"><img aria-describedby="caption-attachment-348425" data-attachment-id="348425" data-permalink="https://www.actusoins.com/348398/malaise-infirmier-generation-desenchantee.html/malaise-infirmier-generation-desenchantee-6" data-orig-file="https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/malaise-infirmier-generation-desenchantee-3.jpeg" data-orig-size="538,436" data-comments-opened="1" data-image-meta="{&quot;aperture&quot;:&quot;0&quot;,&quot;credit&quot;:&quot;&quot;,&quot;camera&quot;:&quot;&quot;,&quot;caption&quot;:&quot;&quot;,&quot;created_timestamp&quot;:&quot;0&quot;,&quot;copyright&quot;:&quot;&quot;,&quot;focal_length&quot;:&quot;0&quot;,&quot;iso&quot;:&quot;0&quot;,&quot;shutter_speed&quot;:&quot;0&quot;,&quot;title&quot;:&quot;&quot;,&quot;orientation&quot;:&quot;0&quot;}" data-image-title="Malaise Infirmier Generation Desenchantee" data-image-description="" data-medium-file="https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/malaise-infirmier-generation-desenchantee-3-250x203.jpeg" data-large-file="https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/malaise-infirmier-generation-desenchantee-3.jpeg" class="wp-image-348425 size-medium" src="https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/malaise-infirmier-generation-desenchantee-3-250x203.jpeg" alt="" width="250" height="203" srcset="https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/malaise-infirmier-generation-desenchantee-3-250x203.jpeg 250w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/malaise-infirmier-generation-desenchantee-3-170x138.jpeg 170w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/malaise-infirmier-generation-desenchantee-3-90x73.jpeg 90w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/malaise-infirmier-generation-desenchantee-3-300x243.jpeg 300w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/malaise-infirmier-generation-desenchantee-3.jpeg 538w" sizes="(max-width: 250px) 100vw, 250px" /></a><p id="caption-attachment-348425" class="wp-caption-text">© Eloïse Bajou</p></div>
<p style="text-align: left;">Au mois de janvier 2020, la Commission Nationale des Directeurs d?Ehpad (CNDEPAH) a publié une étude qui réaffirme que « <em>le temps de présence auprès des résidents est très limité, avec seulement 4,67 équivalent temps plein pour 30 lits</em>, assène Emmanuel Sys, le directeur du CNDEPAH. <em>C?est-à-dire moins de trois le matin et deux l?après-midi. Fatigue, ras-le-bol, frustration, ce rapport permet d?objectiver et de rendre audible le ressenti des soignants</em>».</p>
<p>Quant à l?aspect qualitatif des soins, « <em>les soins de prévention bucco-dentaires de base, de prévention des chutes ou de la mémoire sont trop limités. Résultat: la prise en charge est trop superficielle </em>».</p>
<p>Devant tous ces défis, Emmanuel Sys n?a qu?une conclusion. « <em>Alors que la taille des unités se resserre, la prise en charge de plus en plus individualisée, le côté ?cocooning? qui est attendu par les familles, les ratios doivent le permettre </em>».</p>
<p>D?après ses chiffres, il faudrait 12,7% pour 100 lits, ce qui correspond à un coût de 1,4milliard d?euros. Dans le cas contraire, cela condamnera définitivement le modèle des Ehpad.</p>
<p>La question des ratios, qui aujourd?hui ne s?applique qu?à des secteurs très spécifiques (réanimation, salle de réveil...), intéresse aussi Olivier Youinou. Mais la situation se complique à mesure que s?intensifie l?hyperspécialisation. « <em>Avant, que l?on soit dans un service d?orthopédie, à Mondor (Créteil), à la Pitié-Salpétrière (Paris) ou à Avicennes (Bobigny), on avait approximativement les mêmes patients pour les mêmes pathologies. Aujourd?hui, l?AP-HP a voulu son hyperspécialisation. Chaque établissement se concentre donc sur une certaine orthopédie. A l?HEGP, on s?occupe du rachis du dos, à Mondor, on fait du membre, à d?autres endroits, de la carcinologie osseuse. Conséquences : chirurgicalement, la prise en charge n?est pas la même, l?anesthésie et les suites d?hospitalisation non plus. C?est donc très dur de mettre en place un ratio universaliste, précisément à cause des hyperspécialisations. Mais pour autant ce serait une solution à ce qu?ils appellent le service minimum </em>», reconnaît-il.</p>
<h2>De la lumière au bout du tunnel ?</h2>
<div id="attachment_348426" style="width: 260px" class="wp-caption alignright"><a href="https://www.actusoins.com/348398/malaise-infirmier-generation-desenchantee.html/malaise-infirmier-generation-desenchantee-7" rel="attachment wp-att-348426"><img aria-describedby="caption-attachment-348426" data-attachment-id="348426" data-permalink="https://www.actusoins.com/348398/malaise-infirmier-generation-desenchantee.html/malaise-infirmier-generation-desenchantee-7" data-orig-file="https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/malaise-infirmier-generation-desenchantee-2-scaled.jpg" data-orig-size="2300,1533" data-comments-opened="1" data-image-meta="{&quot;aperture&quot;:&quot;2.8&quot;,&quot;credit&quot;:&quot;&quot;,&quot;camera&quot;:&quot;Canon EOS 6D&quot;,&quot;caption&quot;:&quot;&quot;,&quot;created_timestamp&quot;:&quot;1592319393&quot;,&quot;copyright&quot;:&quot;&quot;,&quot;focal_length&quot;:&quot;70&quot;,&quot;iso&quot;:&quot;100&quot;,&quot;shutter_speed&quot;:&quot;0.00025&quot;,&quot;title&quot;:&quot;&quot;,&quot;orientation&quot;:&quot;0&quot;}" data-image-title="Malaise Infirmier Generation Desenchantee" data-image-description="" data-medium-file="https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/malaise-infirmier-generation-desenchantee-2-250x167.jpg" data-large-file="https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/malaise-infirmier-generation-desenchantee-2-1024x683.jpg" class="wp-image-348426 size-medium" src="https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/malaise-infirmier-generation-desenchantee-2-250x167.jpg" alt="" width="250" height="167" srcset="https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/malaise-infirmier-generation-desenchantee-2-250x167.jpg 250w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/malaise-infirmier-generation-desenchantee-2-1024x683.jpg 1024w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/malaise-infirmier-generation-desenchantee-2-768x512.jpg 768w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/malaise-infirmier-generation-desenchantee-2-1536x1024.jpg 1536w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/malaise-infirmier-generation-desenchantee-2-2048x1365.jpg 2048w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/malaise-infirmier-generation-desenchantee-2-170x113.jpg 170w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/malaise-infirmier-generation-desenchantee-2-90x60.jpg 90w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/malaise-infirmier-generation-desenchantee-2-300x200.jpg 300w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/malaise-infirmier-generation-desenchantee-2-1200x800.jpg 1200w" sizes="(max-width: 250px) 100vw, 250px" /></a><p id="caption-attachment-348426" class="wp-caption-text">© Malika Surbled</p></div>
<p>Enrique Casalino, chef du département des urgences de Bichat, est devenu le visage d?une possible transformation des urgences.</p>
<p>Plus d?un an après le début des grèves massives dans les services d?urgence, il estime que des moyens supplémentaires sont nécessaires, mais que l?enjeu consiste surtout à « <em>trouver une personne qui mette en place tout un projet managérial ambitieux </em>».</p>
<p>Avec l?accord de la direction de l?époque, les infirmières ont été autorisées à procéder au « triage » des patients selon leur gravité, à prescrire les antalgiques et à réaliser des radios.</p>
<p>Résultats: « <em>elles retrouvent du sens à ce qu?elles font et sont valorisées </em>», estime-t-il, ce qui a permis davantage d?autonomisation, une vraie dynamique d?équipe, de l?engagement, et par conséquent, une plus grande attractivité. « <em>Elles sont beaucoup plus motivées </em>».</p>
<p>Un beau paradoxe en est né: « <em>Bichat a longtemps été l?un des hôpitaux parisiens les plus sous-dotés en personnel, avec, pourtant, les meilleurs résultats</em> », et les personnels semblent beaucoup moins en souffrance.</p>
<p>Le sentiment de faire partie d?une équipe est porteur de sens chez les soignants. Olivier Youinou regrette la disparition des conseils de service en 2007 (réforme de gouvernance), véritable moment collectif d?échanges, mais considérés comme du « temps perdu »pour la direction.</p>
<p>Diane* ne dit pas autre chose. La réorganisation de son service, suite à regroupement de plusieurs d?établissements psychiatriques, lui a fait perdre 45 minutes d?échange commun. « <em>C?est tellement important, cet échange de soignants à soignants. On en arrive à revenir en arrière sur des pratiques qui ne devraient pas exister, comme l?isolement ou la contention </em>», regrette-t-elle.</p>
<p>Ce qui la fait tenir ? Les temps informels avec ses collègues, « <em>véritable soupape de décompression sans laquelle nous ne tiendrions pas. </em>»</p>
<p>Mylène*, 24 ans, infirmière dans un CMCO de banlieue parisienne, estime que la crise, paradoxalement, « <em>a renforcé la cohésion</em> »au sein de son équipe. Une donnée loin d?être anodine pour tenir sur le long terme. « <em>Je sais qu?à un moment, je partirai de mon service ?poubelle?, comme ils disent pour qualifier les services polyvalents, pour me tourner vers les soins palliatifs : j?aurai enfin le temps nécessaire auprès de mes patients </em>».</p>
<p>Cette perspective la fait tenir. Alors si les soignants bénéficient encore d?un énorme capital sympathie parmi la population et que certains sont encore déterminés à combattre, il s?agira d?inverser le rapport de force avec les directions et le gouvernement. Thierry Amouroux le rappelle: « <em>ce manque de reconnaissance généralisé est effroyable. Parce que l?hôpital ne tient que grâce à la bonne volonté des soignants. </em>»</p>
<p>Aujourd?hui, le monde d?après à l?hôpital ressemble terriblement au monde d?avant : « <em>ce que nous voulons, c?est un changement de cap, pas un changement de rythme</em>, réitère Olivier Youinou. <em>Malgré cette crise, on reste sur des fermetures de lit, des effectifs restreints, bref la logique ultralibérale est toujours d?actualité </em>».</p>
<p>Coïncidence ? « <em>Les quatre pays européens avec le plus de morts ont tous des politiques de réductions budgétaires sur les hôpitaux publics</em>, rappelle Thierry Amouroux. <em>En Allemagne, ils avaient cinq fois plus de lits de réa et ont eu quatre fois moins de morts </em>».</p>
<p style="text-align: right;"><strong>Delphine Bauer</strong></p>
<p style="text-align: right;"><a class="maxbutton-3 maxbutton maxbutton-newsletter" title="Abonnez-vous à la newsletter Actusoins" href="https://www.actusoins.com/inscription-newsletter"><span class='mb-text'>Je m'abonne à la newsletter</span></a></p>
<p style="text-align: right;"><strong><a href="https://www.actusoins.com/333381/covid-la-formation-des-infirmiers-a-geometrie-variable.html/couv-37" rel="attachment wp-att-333382"><img data-attachment-id="333382" data-permalink="https://www.actusoins.com/333381/covid-la-formation-des-infirmiers-a-geometrie-variable.html/couv-37" data-orig-file="https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2020/07/couv-37.jpeg" data-orig-size="1398,1750" data-comments-opened="1" data-image-meta="{&quot;aperture&quot;:&quot;0&quot;,&quot;credit&quot;:&quot;&quot;,&quot;camera&quot;:&quot;&quot;,&quot;caption&quot;:&quot;&quot;,&quot;created_timestamp&quot;:&quot;0&quot;,&quot;copyright&quot;:&quot;&quot;,&quot;focal_length&quot;:&quot;0&quot;,&quot;iso&quot;:&quot;0&quot;,&quot;shutter_speed&quot;:&quot;0&quot;,&quot;title&quot;:&quot;&quot;,&quot;orientation&quot;:&quot;0&quot;}" data-image-title="Couv 37" data-image-description="" data-medium-file="https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2020/07/couv-37-240x300.jpeg" data-large-file="https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2020/07/couv-37-818x1024.jpeg" class=" wp-image-333382 alignright" src="https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2020/07/couv-37-240x300.jpeg" alt="" width="154" height="193" srcset="https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2020/07/couv-37-240x300.jpeg 240w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2020/07/couv-37-818x1024.jpeg 818w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2020/07/couv-37-768x961.jpeg 768w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2020/07/couv-37-1227x1536.jpeg 1227w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2020/07/couv-37-170x213.jpeg 170w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2020/07/couv-37-64x80.jpeg 64w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2020/07/couv-37-300x376.jpeg 300w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2020/07/couv-37-1200x1502.jpeg 1200w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2020/07/couv-37.jpeg 1398w" sizes="(max-width: 154px) 100vw, 154px" /></a>Cet article est initialement paru dans le n°37 d'ActuSoins Magazine (Juin 2020). </strong></p>
<p style="text-align: right;"><span style="color: #808080;"><strong>Il est à présent en accès libre. </strong></span></p>
<p style="text-align: right;"><strong>ActuSoins vit grâce à ses abonnés <span style="color: #808080;">et garantit une information indépendante et objective.</span></strong></p>
<p style="text-align: right;"><strong><span style="color: #808080;">Pour contribuer à soutenir ActuSoins, tout en recevant un magazine complet (plus de 70 pages d'informations professionnelles, de reportages et d'enquêtes exclusives) tous les trimestres,</span> nous vous invitons donc à vous abonner. </strong></p>
<p style="text-align: right;"><a href="https://www.actusoins.com/abonnement-actusoins" target="_blank" rel="noopener noreferrer"><strong>Pour s' abonner au magazine (14,90 ?/ an pour les professionnels, 9,90 ? pour les étudiants), c'est ICI</strong></a></p>
<p style="text-align: right;"><a class="maxbutton-2 maxbutton maxbutton-abonnez-vous" title="Abonnez-vous au magazine Actusoins" href="https://www.actusoins.com/abonnement-actusoins"><span class='mb-text'>Abonnez-vous au magazine Actusoins</span></a></p>
<p>* Les prénoms ont été changés pour préserver l?anonymat.</p>
<blockquote>
<p>A lire :</p>
<p><a href="https://www.vuibert.fr/ouvrage/9782842762575-travail-du-soin-soin-du-travail" target="_blank" rel="noopener">J-P. Pierron, « Travail du soin, soin du travail » (ed. Arslan)</a></p>
<p><a href="https://www.albin-michel.fr/ouvrages/urgences-9782226448941" target="_blank" rel="noopener">Huho Huon, Collectif Inter-Urgences, «Urgences: hôpital en danger», Albin Michel. </a></p>
<p>POINT DE VUE</p>
<p><strong>Jean-Philippe Pierron, philosophe spécialiste de l?éthique :  <em>« Le numérique doit être au service du patient, pas à son détriment »</em></strong></p>
<p>« <em>Le temps pris pour coder empiète sur le temps de la relation. On ne peut pas prendre les infos en même temps que rencontrer la personne.</em></p>
<p><em> L?écran fait écran à la relation avec le patient. L?irruption du numérique dans la chambre du patient a bouleversé la notion de relation.</em></p>
<p><em> Mais si l?on peut envisager une réorganisation et de la façon de penser le travail, le numérique doit être au service du patient, pas à son détriment.Il existe des enjeux de pouvoir énormes qui questionnent les méthodes appliquées au système de soin. Car la santé n?a pas de prix, mais elle a un coût.</em></p>
<p><em> Quel type de rationalité adopte-t-on ? Avec quels indicateurs ? Qu?est-ce qu?on accomplit ? Quels sont les acteurs du soin ?</em></p>
<p><em>Si l?on ne consulte pas les patients ni les soignants, on tombe dans le conflit politique sur la méthode de pilotage par la tyrannie du codage.</em></p>
<p><em> Le numérique peut devenir un dispositif de surveillance et de contrôle qui impose ses valeurs aux valeurs du soin.</em></p>
<p><em> Alors qu?il impose la ?fiabilité?, les soignants usent de confiance. Alors qu?il permet la ?traçabilité?, les soignants optent pour la mémoire, autre chose qu?une simple trace. Alors qu?il va vite, les soignants doivent aller doucement. Les équipes soignantes doivent se réapproprier l?outil pour que le codage soit au service du soin</em>. »</p>
</blockquote>
</div>
</article>
</div>
</div>
</div>
</div>
</div>
</div>
</div>
<p>Cet article <a rel="nofollow" href="https://www.actusoins.com/348398/malaise-infirmier-generation-desenchantee.html">Malaise infirmier : génération désenchantée</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://www.actusoins.com">Actusoins - infirmière, infirmier libéral actualité de la profession</a></p>
<img src="http://feeds.feedburner.com/~r/actusoins/~4/6dyBQmpjxa0" height="1" width="1" alt=""/>
Les infirmiers anesthésistes seront en grève le 17 mai
Category En Bref, Newsletter, EIADE, étudiants IADE, IADE, Infirmier anesthésiste, Infirmiers anesthésistes, mobilisation IADE, revalorisation salariale IADE, revendications IADE, salaire des IADE, Ségur de la santé, SNIA
Published:
Description: <p>Le Snia (Syndicat national des infirmier anesthésistes) et la CGT ont lancé un appel à mobilisation le 17 mai pour un mouvement national de grève, spécifique aux IADE.  L'appel concerne toute la filière (IADE, EIA, cadres et cadres supérieurs IADE et sages-femmes anesthésistes) du secteur public et privé.  Le 17 mai, les professionnels se mobiliseront [&#8230;]</p>
<p>Cet article <a rel="nofollow" href="https://www.actusoins.com/348365/les-infirmiers-anesthesistes-seront-en-greve-le-17-mai.html">Les infirmiers anesthésistes seront en grève le 17 mai</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://www.actusoins.com">Actusoins - infirmière, infirmier libéral actualité de la profession</a></p>
  more...
<p><span style="color: #808080;"><strong>Le Snia (Syndicat national des infirmier anesthésistes) et la CGT ont lancé un appel à mobilisation le 17 mai pour un mouvement national de grève, spécifique aux IADE. </strong></span></p>
<div id="attachment_348366" style="width: 260px" class="wp-caption alignright"><img aria-describedby="caption-attachment-348366" data-attachment-id="348366" data-permalink="https://www.actusoins.com/348365/les-infirmiers-anesthesistes-seront-en-greve-le-17-mai.html/les-infirmiers-anesthesistes-seront-en-greve-le-17-mai" data-orig-file="https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/les-infirmiers-anesthesistes-seront-en-greve-le-17-mai.jpg" data-orig-size="2110,1407" data-comments-opened="1" data-image-meta="{&quot;aperture&quot;:&quot;2.5&quot;,&quot;credit&quot;:&quot;&quot;,&quot;camera&quot;:&quot;Canon EOS 6D&quot;,&quot;caption&quot;:&quot;&quot;,&quot;created_timestamp&quot;:&quot;1478625482&quot;,&quot;copyright&quot;:&quot;&quot;,&quot;focal_length&quot;:&quot;85&quot;,&quot;iso&quot;:&quot;400&quot;,&quot;shutter_speed&quot;:&quot;0.0008&quot;,&quot;title&quot;:&quot;&quot;,&quot;orientation&quot;:&quot;0&quot;}" data-image-title="Les Infirmiers Anesthesistes Seront En Greve Le 17 Mai" data-image-description="" data-medium-file="https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/les-infirmiers-anesthesistes-seront-en-greve-le-17-mai-250x167.jpg" data-large-file="https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/les-infirmiers-anesthesistes-seront-en-greve-le-17-mai-1024x683.jpg" class="wp-image-348366 size-medium" title="Les infirmiers anesthésistes seront en grève le 17 mai" src="https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/les-infirmiers-anesthesistes-seront-en-greve-le-17-mai-250x167.jpg" alt="Les infirmiers anesthésistes seront en grève le 17 mai" width="250" height="167" srcset="https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/les-infirmiers-anesthesistes-seront-en-greve-le-17-mai-250x167.jpg 250w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/les-infirmiers-anesthesistes-seront-en-greve-le-17-mai-1024x683.jpg 1024w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/les-infirmiers-anesthesistes-seront-en-greve-le-17-mai-768x512.jpg 768w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/les-infirmiers-anesthesistes-seront-en-greve-le-17-mai-1536x1024.jpg 1536w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/les-infirmiers-anesthesistes-seront-en-greve-le-17-mai-2048x1366.jpg 2048w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/les-infirmiers-anesthesistes-seront-en-greve-le-17-mai-170x113.jpg 170w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/les-infirmiers-anesthesistes-seront-en-greve-le-17-mai-90x60.jpg 90w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/les-infirmiers-anesthesistes-seront-en-greve-le-17-mai-300x200.jpg 300w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/les-infirmiers-anesthesistes-seront-en-greve-le-17-mai-1200x800.jpg 1200w" sizes="(max-width: 250px) 100vw, 250px" /><p id="caption-attachment-348366" class="wp-caption-text">© M.S / ActuSoins</p></div>
<p>L'appel concerne toute la filière (IADE, EIA, cadres et cadres supérieurs IADE et sages-femmes anesthésistes) du secteur public et privé. </p>
<p>Le 17 mai, les professionnels se mobiliseront donc pour obtenir "<em>une reconnaissance législative, réglementaire et financière de leur profession à hauteur de leur niveau de formation, d'autonomie de pratique et de responsabilité professionnelle</em>", fait savoir la CGT. </p>
<p>"<em>Au regard des annonces du Ségur de la santé, nous revendiquons un bornage indiciaire conforme à la profession bac +5 Master avec répercussion sur le secteur privé non lucratif</em>", précise de son côté le Snia. </p>
<p>Les professionnels réclament par ailleurs le "<em>respect du cadre réglementaire accordant des compétences exclusives et une priorisation pour la composition des équipages SMUR"</em>, la "<em>refonte du corps des IADE de la FPH pour y intégrer son encadrement spécifique issu de la profession" et "la reconnaissance</em> <em>dans tous les secteurs de la pénibilité professionnelle. "</em></p>
<h2>Reconnaissance</h2>
<p>Les syndicats demandent également "<em>le respect strict des recommandations et de la réglementation assurant la sécurité des procédures anesthésiques et des patients</em>". </p><div class="actus-content" style="text-align: center; " id="actus-1098424568"><div style="margin-left: auto; margin-right: auto; text-align: center; " id="actus-1825088417" data-advadstrackid="306615" data-advadstrackbid="1" data-advadsredirect="" class="actus-target"><a href="https://www.brothier.com/mentions-reglementaires-des-produits/" rel="nofollow" class="adv-link" target="_blank"><img src="https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2019/10/coalgan.gif" alt="" width="728" height="90" style="display: inline-block; max-width: 100%; height: auto;" /></a></div></div>
<p>Enfin, ils militent pour l'octroi du complément de traitement indiciaire aux étudiants infirmiers anesthésistes en formation professionnelle et pour la reconnaissance de toutes les compétences décrites dans leurs référentiels. </p>
<p style="text-align: right;"><strong>Rédaction ActuSoins</strong></p>
<p style="text-align: right;"><a class="maxbutton-3 maxbutton maxbutton-newsletter" title="Abonnez-vous à la newsletter Actusoins" href="https://www.actusoins.com/inscription-newsletter"><span class='mb-text'>Je m'abonne à la newsletter</span></a></p>
<p>Cet article <a rel="nofollow" href="https://www.actusoins.com/348365/les-infirmiers-anesthesistes-seront-en-greve-le-17-mai.html">Les infirmiers anesthésistes seront en grève le 17 mai</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://www.actusoins.com">Actusoins - infirmière, infirmier libéral actualité de la profession</a></p>
<img src="http://feeds.feedburner.com/~r/actusoins/~4/x47T4IvF3h0" height="1" width="1" alt=""/>
64 % des infirmiers estiment que leur profession est ?ingrate? et 40% veulent changer de métier
Category Newsletter, Vie professionnelle, Burn-out, burn-out infirmier, décret, décret de compétences infirmier, décret infirmier, infirmière, ONI, ordre national des infirmiers, reconnaissance profession, Reconversion, reconversion infirmière, reconversion professionnelle
Published:
Description: <p>Manque de reconnaissance, absence de perspectives...Dans une consultation menée par l'Ordre national des infirmiers début mai auprès de 30 000 professionnels, les IDE considèrent à 64% que leur profession est "ingrate". Ils sont à présent 40% à vouloir changer de métier. Après un an de crise sanitaire, les infirmiers sont fatigués et souffrent d'un cruel [&#8230;]</p>
<p>Cet article <a rel="nofollow" href="https://www.actusoins.com/348355/64-des-infirmiers-estiment-que-leur-profession-est-ingrate-et-40-veulent-changer-de-metier.html">64 % des infirmiers estiment que leur profession est &#8220;ingrate&#8221; et 40% veulent changer de métier</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://www.actusoins.com">Actusoins - infirmière, infirmier libéral actualité de la profession</a></p>
  more...
<p><span style="color: #808080;"><strong>Manque de reconnaissance, absence de perspectives...Dans une consultation menée par l'Ordre national des infirmiers début mai auprès de 30 000 professionnels, les IDE considèrent à 64% que leur profession est "ingrate". Ils sont à présent 40% à vouloir changer de métier.</strong></span></p>
<div id="attachment_348356" style="width: 260px" class="wp-caption alignright"><a href="https://www.actusoins.com/348355/64-des-infirmiers-estiment-que-leur-profession-est-ingrate-et-40-veulent-changer-de-metier.html/medicinehealthcareandpandemicconcept-sadyoungfemaledoctor" rel="attachment wp-att-348356"><img aria-describedby="caption-attachment-348356" data-attachment-id="348356" data-permalink="https://www.actusoins.com/348355/64-des-infirmiers-estiment-que-leur-profession-est-ingrate-et-40-veulent-changer-de-metier.html/medicinehealthcareandpandemicconcept-sadyoungfemaledoctor" data-orig-file="https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/64-des-infirmiers-estiment-que-leur-profession-est-ingrate-et-40-veulent-changer-de-metier-scaled.jpg" data-orig-size="2300,1533" data-comments-opened="1" data-image-meta="{&quot;aperture&quot;:&quot;0&quot;,&quot;credit&quot;:&quot;Shutterstock&quot;,&quot;camera&quot;:&quot;&quot;,&quot;caption&quot;:&quot;&quot;,&quot;created_timestamp&quot;:&quot;0&quot;,&quot;copyright&quot;:&quot;Copyright (c) 2020 Syda Productions\/Shutterstock. No use without permission.&quot;,&quot;focal_length&quot;:&quot;0&quot;,&quot;iso&quot;:&quot;0&quot;,&quot;shutter_speed&quot;:&quot;0&quot;,&quot;title&quot;:&quot;Medicine,,Healthcare,And,Pandemic,Concept,-,Sad,Young,Female,Doctor&quot;,&quot;orientation&quot;:&quot;1&quot;}" data-image-title="Medicine,,Healthcare,And,Pandemic,Concept, ,Sad,Young,Female,Doctor" data-image-description="" data-medium-file="https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/64-des-infirmiers-estiment-que-leur-profession-est-ingrate-et-40-veulent-changer-de-metier-250x167.jpg" data-large-file="https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/64-des-infirmiers-estiment-que-leur-profession-est-ingrate-et-40-veulent-changer-de-metier-1024x683.jpg" class="wp-image-348356 size-medium" src="https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/64-des-infirmiers-estiment-que-leur-profession-est-ingrate-et-40-veulent-changer-de-metier-250x167.jpg" alt="" width="250" height="167" srcset="https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/64-des-infirmiers-estiment-que-leur-profession-est-ingrate-et-40-veulent-changer-de-metier-250x167.jpg 250w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/64-des-infirmiers-estiment-que-leur-profession-est-ingrate-et-40-veulent-changer-de-metier-1024x683.jpg 1024w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/64-des-infirmiers-estiment-que-leur-profession-est-ingrate-et-40-veulent-changer-de-metier-768x512.jpg 768w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/64-des-infirmiers-estiment-que-leur-profession-est-ingrate-et-40-veulent-changer-de-metier-1536x1024.jpg 1536w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/64-des-infirmiers-estiment-que-leur-profession-est-ingrate-et-40-veulent-changer-de-metier-2048x1365.jpg 2048w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/64-des-infirmiers-estiment-que-leur-profession-est-ingrate-et-40-veulent-changer-de-metier-170x113.jpg 170w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/64-des-infirmiers-estiment-que-leur-profession-est-ingrate-et-40-veulent-changer-de-metier-90x60.jpg 90w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/64-des-infirmiers-estiment-que-leur-profession-est-ingrate-et-40-veulent-changer-de-metier-300x200.jpg 300w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/64-des-infirmiers-estiment-que-leur-profession-est-ingrate-et-40-veulent-changer-de-metier-1200x800.jpg 1200w" sizes="(max-width: 250px) 100vw, 250px" /></a><p id="caption-attachment-348356" class="wp-caption-text">© ShutterStock</p></div>
<p>Après un an de crise sanitaire, les infirmiers sont fatigués et souffrent d'un cruel manque de reconnaissance. </p>
<p>Si, dans la consultation de l'ONI, ils se disent à 90% "<em>fiers de leur profession</em>", ils sont plus de la moitié à penser toutefois manquer de reconnaissance et de perspectives. Ainsi, 51% d'entre eux, pensent que "<em>la profession d'infirmier ne permet pas de connaître de véritables évolutions et perspectives de carrière</em>". </p>
<p>Ils sont par ailleurs 46% à estimer que "<em>depuis le début de la crise sanitaire, le métier d'infirmier n'est pas mieux reconnu par les patients et le grand public</em>",  60% à estimer qu'il n'est "<em>pas mieux reconnu par les autres professions de santé</em>", 77% qu'il n'est pas "<em>mieux reconnu par les pouvoirs publics</em>" et ils sont même 90% à estimer que "<em>la profession infirmière n'est pas reconnue à sa juste valeur au sein du système de santé</em>". </p>
<blockquote>
<p><strong>Lire aussi, sur ActuSoins.com : </strong></p>
<p class="title"><a href="https://www.actusoins.com/347269/changer-de-metier-les-freins-que-rencontrent-les-infirmiers.html"><strong>Changer de métier : ces freins que rencontrent les infirmiers</strong></a></p>
</blockquote>
<h2>Envie de changer de métier</h2>
<p> Résultat? 40% des infirmiers indiquent que la crise leur a donné envie de changer de métier (+ 3 points par rapport à <a href="https://www.actusoins.com/338012/covid-19-57-des-infirmiers-declarent-etre-en-situation-depuisement-professionnel.html?fbclid=IwAR0a25TfRjSOqTJBoqJoep9Sy2xNA7GjaJ21_46nIBAWaCX_QaEWLvTU3GE">une autre enquête de l'Ordre menée en Octobre 2020</a>), alors que 21% se disent au contraire renforcés dans leur détermination à être soignants. Pour 39% d'entre eux, la crise "<em>n'a rien changé du tout</em>".</p>
<h2>Attentes fortes</h2>
<p>64% des infirmiers consultés par l'ONI estiment qu'ils ne sont "<em>pas mieux préparés collectivement pour répondre à de nouvelles vagues épidémiques grâce aux enseignements tirés cette année de Covid19</em>". 91% ne pensent pas que le système de santé, tel qu'il est organisé aujourd'hui, "<em>soit en capacité de répondre aux grands enjeux sanitaires de demain</em>".</p><div class="actus-content" style="text-align: center; " id="actus-1731816249"><div style="margin-left: auto; margin-right: auto; text-align: center; " id="actus-13927214" data-advadstrackid="306615" data-advadstrackbid="1" data-advadsredirect="" class="actus-target"><a href="https://www.brothier.com/mentions-reglementaires-des-produits/" rel="nofollow" class="adv-link" target="_blank"><img src="https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2019/10/coalgan.gif" alt="" width="728" height="90" style="display: inline-block; max-width: 100%; height: auto;" /></a></div></div>
<p>Par ailleurs, 95% des infirmiers consultés souhaiteraient que "l<em>es enseignements de cette crise permettent de faire évoluer notre système de manière significative</em>" et 96% que "<em>les enseignements de cette crise permettent de faire évoluer la profession de manière significative</em>". </p>
<p>Enfin, pour 92% d'entre eux, "<em>la crise sanitaire a démontré qu'il faut revoir le rôle et les attributions des infirmiers</em>". </p>
<p>Toutefois, la plupart d'entre eux reste sceptique quant à la réalisation de changements : 56% ne pensent pas que "l<em>a crise que nous vivons depuis un an entraînera de grandes évolutions de notre système de santé sur le moyen et long-terme</em>". </p>
<h2>Quête de reconnaissance et de changement</h2>
<p>Avant tout, à court terme, la profession estime à 90% qu'il est "<em>nécessaire de faire évoluer le décret de compétences"</em>, dont la dernière révision date de 2004. </p>
<p>Selon l'enquête, les infirmiers souhaitent non seulement voir leur champ de compétence élargi  - 97% aimeraient que "<em>le rôle des infirmiers dans la prévention et l'éducation thérapeutique soit renforcé</em>" - mais également leur contribution mieux reconnue. </p>
<p>Ils sont ainsi 95% à souhaiter "<em>un meilleur positionnement des infirmiers dans la gouvernance du système de santé"</em>. </p>
<p>Ils souhaitent également des évolutions en termes d'organisation des soins. Par exemple, 98% des infirmiers souhaitent "<em>le renforcement de la coordination ville/hôpital</em>". </p>
<p>A plus long terme, pour répondre aux enjeux de notre système de soins à 10 ans, les infirmiers souhaitent "<em>devenir acteurs de la coordination, de la gestion du parcours patient et de son orientation</em>" (92%). Ils sont favorables au "<em>développement de l'usage de nouvelles technologies dans leur pratique</em>" (85%), et à l'idée d'évoluer "<em>vers d'autres champs d'expertise comme la santé publique, le judiciaire, la veille et la sécurité en santé (79%)</em>."</p>
<blockquote>
<p><strong>Lire aussi, sur ActuSoins.com : </strong></p>
<p class="title"><strong><a href="https://www.actusoins.com/347506/vers-une-actualisation-du-decret-infirmier.html">Vers une actualisation du décret infirmier</a></strong></p>
</blockquote>
<h2>Réflexion</h2>
<p>"<em>Si le Ségur de la santé a permis des avancées qui étaient attendues en termes de revalorisation financière, force est de constater qu'il n'a pas permis jusqu'à présent de dessiner les contours de la profession infirmière de demain en lui donnant notamment des perspectives pour l'avenir</em>", estime Patrick Chamboredon, président de l'ONI, cité dans le communiqué. </p>
<p>"<em>L'avenir de la profession passe par la révision du décret infirmier, annoncée par le ministère de la santé il y a quelques semaines. Il doit ensuite être envisagé à plus long terme pour anticiper les grandes évolutions et s'y préparer</em>", poursuit-il. </p>
<p>Pour répondre à ces attentes fortes et aux "<em>grands enjeux de demain"</em> (vieillissement de la population, augmentation des déserts médicaux, croissance des maladies chroniques et des pathologies mentales, exposition croissantes aux polluants, nouvelles pandémies...), l'ONI annonce le lancement d'une démarche de réflexion collective et de prospective sur l'avenir de la profession à 10 ans, rassemblant les infirmiers et l'ensemble de leurs parties prenantes, "<em>à commencer par les patients</em>". </p>
<p style="text-align: right;"><strong>Rédaction ActuSoins</strong></p>
<p style="text-align: right;"><a class="maxbutton-3 maxbutton maxbutton-newsletter" title="Abonnez-vous à la newsletter Actusoins" href="https://www.actusoins.com/inscription-newsletter"><span class='mb-text'>Je m'abonne à la newsletter</span></a></p>
<p>Cet article <a rel="nofollow" href="https://www.actusoins.com/348355/64-des-infirmiers-estiment-que-leur-profession-est-ingrate-et-40-veulent-changer-de-metier.html">64 % des infirmiers estiment que leur profession est &#8220;ingrate&#8221; et 40% veulent changer de métier</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://www.actusoins.com">Actusoins - infirmière, infirmier libéral actualité de la profession</a></p>
<img src="http://feeds.feedburner.com/~r/actusoins/~4/nyU_9hjUcYc" height="1" width="1" alt=""/>
Infirmiers dans les centres de vaccination : existe-t-il vraiment ?d?étonnantes différences? de rémunération entre les libéraux et les salariés ?
Category Newsletter, Vie libérale, centre de vaccination, covid, Covid-19, Infirmière libérale, rémunération, rémunération infirmière libérale, rémunérations, Vaccination, vaccination covid
Published:
Description: <p>En pleine campagne de vaccination, des voix se font entendre concernant les forfaits que perçoivent les infirmiers pour vacciner. Certains jugent inégale la rémunération des salariés et des libéraux.  De nombreux professionnels sont quotidiennement au rendez-vous dans les centres de vaccination contre la Covid-19. Parmi eux, des infirmiers de tous bords ont largement répondu à [&#8230;]</p>
<p>Cet article <a rel="nofollow" href="https://www.actusoins.com/348278/remuneration-des-infirmiers-dans-les-centres-de-vaccination-existe-t-il-vraiment-detonnantes-differences-entre-les-liberaux-et-les-autres.html">Infirmiers dans les centres de vaccination : existe-t-il vraiment &#8220;d&#8217;étonnantes différences&#8221; de rémunération entre les libéraux et les salariés ?</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://www.actusoins.com">Actusoins - infirmière, infirmier libéral actualité de la profession</a></p>
  more...
<p><span style="color: #808080;"><strong>En pleine campagne de vaccination, des voix se font entendre concernant les forfaits que perçoivent les infirmiers pour vacciner. Certains jugent inégale la rémunération des salariés et des libéraux. </strong></span></p>
<div id="attachment_348285" style="width: 260px" class="wp-caption alignright"><img aria-describedby="caption-attachment-348285" data-attachment-id="348285" data-permalink="https://www.actusoins.com/348278/remuneration-des-infirmiers-dans-les-centres-de-vaccination-existe-t-il-vraiment-detonnantes-differences-entre-les-liberaux-et-les-autres.html/arnasfranceapril072021-avaccinationcentreopenedon" data-orig-file="https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/actusoins-verifie-existe-t-il-vraiment-d-etonnantes-differences-de-remuneration-pour-les-infirmiers-dans-les-centres-de-vaccination-scaled.jpg" data-orig-size="2300,1533" data-comments-opened="1" data-image-meta="{&quot;aperture&quot;:&quot;0&quot;,&quot;credit&quot;:&quot;Shutterstock&quot;,&quot;camera&quot;:&quot;&quot;,&quot;caption&quot;:&quot;&quot;,&quot;created_timestamp&quot;:&quot;0&quot;,&quot;copyright&quot;:&quot;Copyright (c) 2021 Franck Chapolard\/Shutterstock. No use without permission.&quot;,&quot;focal_length&quot;:&quot;0&quot;,&quot;iso&quot;:&quot;0&quot;,&quot;shutter_speed&quot;:&quot;0&quot;,&quot;title&quot;:&quot;Arnas,(france),,April,07,,2021.,A,Vaccination,Centre,Opened,On&quot;,&quot;orientation&quot;:&quot;1&quot;}" data-image-title="Arnas,(france),,April,07,,2021.,A,Vaccination,Centre,Opened,On" data-image-description="" data-medium-file="https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/actusoins-verifie-existe-t-il-vraiment-d-etonnantes-differences-de-remuneration-pour-les-infirmiers-dans-les-centres-de-vaccination-250x167.jpg" data-large-file="https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/actusoins-verifie-existe-t-il-vraiment-d-etonnantes-differences-de-remuneration-pour-les-infirmiers-dans-les-centres-de-vaccination-1024x683.jpg" class="wp-image-348285 size-medium" title="Infirmiers dans les centres de vaccination : existe-t-il vraiment &quot;d'étonnantes différences&quot; de rémunération entre les libéraux et les salariés ?" src="https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/actusoins-verifie-existe-t-il-vraiment-d-etonnantes-differences-de-remuneration-pour-les-infirmiers-dans-les-centres-de-vaccination-250x167.jpg" alt="Infirmiers dans les centres de vaccination : existe-t-il vraiment &quot;d'étonnantes différences&quot; de rémunération entre les libéraux et les salariés ?" width="250" height="167" srcset="https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/actusoins-verifie-existe-t-il-vraiment-d-etonnantes-differences-de-remuneration-pour-les-infirmiers-dans-les-centres-de-vaccination-250x167.jpg 250w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/actusoins-verifie-existe-t-il-vraiment-d-etonnantes-differences-de-remuneration-pour-les-infirmiers-dans-les-centres-de-vaccination-1024x683.jpg 1024w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/actusoins-verifie-existe-t-il-vraiment-d-etonnantes-differences-de-remuneration-pour-les-infirmiers-dans-les-centres-de-vaccination-768x512.jpg 768w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/actusoins-verifie-existe-t-il-vraiment-d-etonnantes-differences-de-remuneration-pour-les-infirmiers-dans-les-centres-de-vaccination-1536x1024.jpg 1536w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/actusoins-verifie-existe-t-il-vraiment-d-etonnantes-differences-de-remuneration-pour-les-infirmiers-dans-les-centres-de-vaccination-2048x1365.jpg 2048w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/actusoins-verifie-existe-t-il-vraiment-d-etonnantes-differences-de-remuneration-pour-les-infirmiers-dans-les-centres-de-vaccination-170x113.jpg 170w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/actusoins-verifie-existe-t-il-vraiment-d-etonnantes-differences-de-remuneration-pour-les-infirmiers-dans-les-centres-de-vaccination-90x60.jpg 90w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/actusoins-verifie-existe-t-il-vraiment-d-etonnantes-differences-de-remuneration-pour-les-infirmiers-dans-les-centres-de-vaccination-300x200.jpg 300w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/actusoins-verifie-existe-t-il-vraiment-d-etonnantes-differences-de-remuneration-pour-les-infirmiers-dans-les-centres-de-vaccination-1200x800.jpg 1200w" sizes="(max-width: 250px) 100vw, 250px" /><p id="caption-attachment-348285" class="wp-caption-text">© Franck Chapolard / Shutterstock</p></div>
<p>De nombreux professionnels sont quotidiennement au rendez-vous dans les centres de vaccination contre la Covid-19. Parmi eux, des infirmiers de tous bords ont largement répondu à l?appel et la mécanique semble désormais rôdée.</p>
<p>Pourtant, récemment le site internet du magazine <em>Challenges</em> pointait <em>« <a href="https://www.challenges.fr/france/letonnante-difference-de-remuneration-des-infirmiers-dans-les-centres-de-vaccination_762781" target="_blank" rel="noopener">l?étonnante différence de rémunération des infirmiers dans les centres de vaccination</a> », </em>précisant que <em>« les infirmiers des hôpitaux découvrent que [?] leurs collègues libéraux gagnent deux fois plus qu'eux. »</em></p>
<p>Salariés ou libéraux, <a href="https://www.ameli.fr/bouches-du-rhone/infirmier/actualites/vaccination-covid-19-remuneration-du-professionnel-de-sante-remplacant-retraite-ou-etudiant" target="_blank" rel="noopener">les infirmiers viennent effectuer des vacations sur leurs jours repos.</a> Si tous ont le même diplôme, leur mode d?exercice et de rémunération est différent, un point que l?article de <em>Challenges</em> ne souligne pas. L?IDE salarié perçoit un salaire, quand le professionnel libéral, travailleur non salarié, des honoraires.</p>
<h2>Une rémunération fixée par arrêté</h2>
<p>En pratique, la rémunération des vacations en centre de vaccination est fixée par <a href="https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000043099878" target="_blank" rel="noopener">un arrêté ministériel publié au journal officiel le 5 février dernier</a>. Il prévoit le versement d?indemnités forfaitaires selon la profession et le nombre d?heures effectuées.</p>
<p>Ainsi, les infirmiers libéraux percevront une indemnité de 55 euros par heure de présence, quel que soit le nombre de personnes vaccinées. Ce montant sera porté à 60 euros par heure lorsque le professionnel intervient les samedis après-midi, dimanches et jours fériés, soit 5 euros de plus.</p><div class="actus-content" style="text-align: center; " id="actus-1694165937"><div style="margin-left: auto; margin-right: auto; text-align: center; " id="actus-715965215" data-advadstrackid="306615" data-advadstrackbid="1" data-advadsredirect="" class="actus-target"><a href="https://www.brothier.com/mentions-reglementaires-des-produits/" rel="nofollow" class="adv-link" target="_blank"><img src="https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2019/10/coalgan.gif" alt="" width="728" height="90" style="display: inline-block; max-width: 100%; height: auto;" /></a></div></div>
<p>Autre cas de figure prévu par l?assurance maladie : l?infirmière ou l?infirmier salarié qui intervient en dehors de son temps de travail. A ce titre, l?heure de vacation est valorisée à 24 euros. Un tarif horaire brut doublé les dimanches et jours fériés, soit 48 euros.</p>
<p>Thierry Pechey, infirmier libéral et responsable de centre de vaccination dans la région Grand-Est, confirme le barème de rémunération. Il précise que <i>« les indemnités perçues par les salariés et retraités sont nettes - les charges sont déjà déduites sur les bulletins de salaire, ndlr - et se cumulent avec les salaires et pensions. L?infirmier libéral doit s?acquitter d?un certain nombre de charges sur le montant perçu. »</i></p>
<h2>Des charges à déduire pour les libéraux</h2>
<p>Un calcul est donc nécessaire avant de pouvoir comparer les rémunérations. Ghislaine Sicre, présidente du syndicat Convergence Infirmière précise : <em>« Les infirmières libérales ont entre 40 et 47% de charges à déduire de leurs honoraires bruts. » </em>En déduisant 45%, par exemple, le montant net de l?indemnité de l?infirmier libéral tombe à 30,25 euros.</p>
<p>Cette part de charge comprend le recouvrement des cotisations sociales et les versements effectués auprès de la caisse de retraite. Ghislaine Sicre rappelle qu?en plus des charges de fonctionnement du cabinet (loyer, assurances, véhicule ou matériel), <em>« le professionnel libéral doit assurer seul son exercice professionnel et souscrire à un régime de prévoyance en cas d?arrêt maladie. » </em></p>
<h2>Extension des horaires et coordination</h2>
<p>Avec l?accélération de la campagne de vaccination, certains centres proposent désormais des <em>nocturnes </em>ou des créneaux tôt le matin<em>.</em> L?assurance maladie octroie alors un tarif spécifique pour les salariés. Avant 8 heures et après 20 heures, l?infirmier percevra une indemnité de 36 euros. Thierry Pechey confirme que les professionnels libéraux ne bénéficient pas de cette majoration.</p>
<p>Enfin, un dernier point soulève de vives réactions dans les commentaires de l?article de <em>Challenges </em>: la rémunération de la traçabilité de l?acte dans le téléservice « Vaccin Covid ». 5,40 euros sont alloués à la personne en charge de cet acte, un professionnel de santé libéral le plus souvent. Thierry Pechey confie que <em>« près de 50 % du travail se fait en amont et en aval de l?acte, surtout auprès d?une population âgée. </em>Il ajoute : <em>dans notre centre, ce sont les infirmiers libéraux qui assurent la coordination, la logistique et le nettoyage donc ce sont eux qui facturent le forfait. »</em> Un forfait destiné également à acheter le matériel nécessaire à la vaccination conclut-il.</p>
<p>Conclusion : En tenant compte de la fiscalité propre aux professionnels de santé libéraux, <strong>l'affirmation <em>« Dans les centres de vaccination, les infirmiers libéraux sont payés deux fois plus que leurs collègues infirmiers hospitaliers » est fausse.</em> </strong>Une fois les charges déduites, le montant de l?indemnité horaire des infirmiers libéraux reste légèrement supérieur du lundi au samedi en journée. En revanche les dimanches, les jours fériés et à certaines heures en semaine, ce sont les infirmiers salariés qui sont gagnants.</p>
<p style="text-align: right;"><strong>Adrien Collet</strong></p>
<p style="text-align: right;"><a class="maxbutton-3 maxbutton maxbutton-newsletter" title="Abonnez-vous à la newsletter Actusoins" href="https://www.actusoins.com/inscription-newsletter"><span class='mb-text'>Je m'abonne à la newsletter</span></a></p>
<p>Cet article <a rel="nofollow" href="https://www.actusoins.com/348278/remuneration-des-infirmiers-dans-les-centres-de-vaccination-existe-t-il-vraiment-detonnantes-differences-entre-les-liberaux-et-les-autres.html">Infirmiers dans les centres de vaccination : existe-t-il vraiment &#8220;d&#8217;étonnantes différences&#8221; de rémunération entre les libéraux et les salariés ?</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://www.actusoins.com">Actusoins - infirmière, infirmier libéral actualité de la profession</a></p>
<img src="http://feeds.feedburner.com/~r/actusoins/~4/089-8ttW9dU" height="1" width="1" alt=""/>
Les soignants de réanimation appelés à se mobiliser le 11 mai
Category Vie professionnelle, fédération nationale des infirmiers de réanimation, grève des fonctionnaires, grève infirmière, Hôpital en grève, infirmière de réanimation, infirmière en grève, mobilisation, mobilisation fonction publique hospitalière, mobilisation infirmière, mobilisation sociale, mobilisation soignante, Réanimation, réanimation éphémère, réanimation médicale, soignants en grève
Published:
Description: <p>Les soignants des services de réanimation et des unités de soins critiques sont appelés à faire grève le mardi 11 mai pour obtenir, entre autres, une meilleure reconnaissance de leur exercice et des revalorisations salariales. La CGT santé et action sociale a déposé un préavis de grève pour la journée du 11 mai, une initiative [&#8230;]</p>
<p>Cet article <a rel="nofollow" href="https://www.actusoins.com/348272/les-soignants-de-reanimation-appeles-a-se-mobiliser-le-11-mai.html">Les soignants de réanimation appelés à se mobiliser le 11 mai</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://www.actusoins.com">Actusoins - infirmière, infirmier libéral actualité de la profession</a></p>
  more...
<p><span style="color: #808080;"><strong>Les soignants des services de réanimation et des unités de soins critiques sont appelés à faire grève le mardi 11 mai pour obtenir, entre autres, une meilleure reconnaissance de leur exercice et des revalorisations salariales.</strong></span></p>
<div id="attachment_348273" style="width: 260px" class="wp-caption alignright"><img aria-describedby="caption-attachment-348273" data-attachment-id="348273" data-permalink="https://www.actusoins.com/348272/les-soignants-de-reanimation-appeles-a-se-mobiliser-le-11-mai.html/medicalstaffworkintheintensivecarewardforcovid-19" data-orig-file="https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/les-soignants-de-reanimation-appeles-a-se-mobiliser-le-11-mai-scaled.jpg" data-orig-size="2300,1533" data-comments-opened="1" data-image-meta="{&quot;aperture&quot;:&quot;0&quot;,&quot;credit&quot;:&quot;Shutterstock&quot;,&quot;camera&quot;:&quot;&quot;,&quot;caption&quot;:&quot;&quot;,&quot;created_timestamp&quot;:&quot;0&quot;,&quot;copyright&quot;:&quot;Copyright (c) 2020 Alexandros Michailidis\/Shutterstock. No use without permission.&quot;,&quot;focal_length&quot;:&quot;0&quot;,&quot;iso&quot;:&quot;0&quot;,&quot;shutter_speed&quot;:&quot;0&quot;,&quot;title&quot;:&quot;Medical,Staff,Work,In,The,Intensive,Care,Ward,For,Covid-19&quot;,&quot;orientation&quot;:&quot;1&quot;}" data-image-title="Medical,Staff,Work,In,The,Intensive,Care,Ward,For,Covid 19" data-image-description="" data-medium-file="https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/les-soignants-de-reanimation-appeles-a-se-mobiliser-le-11-mai-250x167.jpg" data-large-file="https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/les-soignants-de-reanimation-appeles-a-se-mobiliser-le-11-mai-1024x683.jpg" class="wp-image-348273 size-medium" title="Les soignants de réanimation appelés à se mobiliser le 11 mai" src="https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/les-soignants-de-reanimation-appeles-a-se-mobiliser-le-11-mai-250x167.jpg" alt="Les soignants de réanimation appelés à se mobiliser le 11 mai" width="250" height="167" srcset="https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/les-soignants-de-reanimation-appeles-a-se-mobiliser-le-11-mai-250x167.jpg 250w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/les-soignants-de-reanimation-appeles-a-se-mobiliser-le-11-mai-1024x683.jpg 1024w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/les-soignants-de-reanimation-appeles-a-se-mobiliser-le-11-mai-768x512.jpg 768w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/les-soignants-de-reanimation-appeles-a-se-mobiliser-le-11-mai-1536x1024.jpg 1536w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/les-soignants-de-reanimation-appeles-a-se-mobiliser-le-11-mai-2048x1365.jpg 2048w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/les-soignants-de-reanimation-appeles-a-se-mobiliser-le-11-mai-170x113.jpg 170w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/les-soignants-de-reanimation-appeles-a-se-mobiliser-le-11-mai-90x60.jpg 90w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/les-soignants-de-reanimation-appeles-a-se-mobiliser-le-11-mai-300x200.jpg 300w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/les-soignants-de-reanimation-appeles-a-se-mobiliser-le-11-mai-1200x800.jpg 1200w" sizes="(max-width: 250px) 100vw, 250px" /><p id="caption-attachment-348273" class="wp-caption-text">© ShutterStock</p></div>
<p>La CGT santé et action sociale a déposé un préavis de grève pour la journée du 11 mai, une initiative soutenue par le syndicat Coordination Nationale Infirmière (CNI) et relayée la Fédération Nationale des Infirmiers de Réanimation (FNIR).</p>
<p>C?est un collectif baptisé « <a href="https://www.facebook.com/groups/1177549679307084" target="_blank" rel="noopener">Union des réanimations de France pour une reconnaissance</a> » qui est à l?origine de cette mobilisation. Né à Beauvais en septembre 2020, il regroupe aujourd?hui des soignants de réanimations de 105 villes à travers la France. <em>« Unissons-nous? Il faut profiter de la mise en lumière de la réanimation depuis la covid », </em>indique le collectif sur la page de son groupe Facebook qui compte aujourd?hui 3000 membres.</p>
<h2>En quête de reconnaissance et de revalorisation</h2>
<p><em>« La crise sanitaire a démontré l?importance d?avoir des équipes formées à la réanimation, »</em> explique Céline Laville, présidente de la CNI. Selon elle, 6 mois à 1 an sont nécessaires pour qu?un soignant en réanimation soit à l?aise dans son exercice professionnel, ce que confirment Claire et Monica, infirmières à Beauvais et membres de l?union des réanimations de France. <em>« Former du personnel de renfort en urgence, c?est mission impossible ! »</em> précisent-elles.</p>
<p>L?union des réanimations et la CNI demandent la mise en place d?une formation diplômante et une reconnaissance de la spécificité de l?exercice en réanimation ; des revendications également portées par la FNIR depuis sa création. <em>« La réa ça ne s?improvise pas ! »</em> affirme Claire Cofflard, membre de l?union des réanimations. Elle ajoute :<em>« nous souhaitons qu?une réflexion soit menée pour valoriser nos compétences et qu?à terme, la réanimation soit une spécialité à part entière de la profession infirmière. »</em></p>
<p>Autre revendication : la revalorisation des salaires. <em>« La réanimation ne rentre dans aucune case pour obtenir une bonification »,</em> explique Monica Monteiro, membre de l?union des réanimations<em>. « Pourquoi ne pas créer cette case</em> ? » s?interroge-t-elle.</p><div class="actus-content" style="text-align: center; " id="actus-359842761"><div style="margin-left: auto; margin-right: auto; text-align: center; " id="actus-464169323" data-advadstrackid="306615" data-advadstrackbid="1" data-advadsredirect="" class="actus-target"><a href="https://www.brothier.com/mentions-reglementaires-des-produits/" rel="nofollow" class="adv-link" target="_blank"><img src="https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2019/10/coalgan.gif" alt="" width="728" height="90" style="display: inline-block; max-width: 100%; height: auto;" /></a></div></div>
<p>Enfin, l?ensemble des organisations s?accorde sur la nécessaire réévaluation du ratio soignant/lit et l?augmentation du nombre de places en réanimation et unités de soins critiques (USC). Céline Laville explique que la crise sanitaire a démontré l?impasse que constituent les fermetures de lits de réanimation.</p>
<h2>Rassemblements locaux</h2>
<p>La mobilisation du 11 mai se traduira par une grève des soignants dans les services de réanimation et les unités de soins critiques. <em>« On est toujours en crise sanitaire et les lits sont pleins</em>, rappelle Céline Laville, <em>donc les soignants seront réquisitionnés et à leur poste de travail. »</em></p>
<p>Claire Cofflard et Monica Monteiro confirment que plusieurs rassemblements sont par ailleurs prévus à l?échelle locale : <em>« tous les soignants en repos dans notre service se rassembleront. Nous avons sollicité un rendez-vous auprès de l?ARS, nous attendons une réponse. »</em></p>
<p>Des rassemblements régionaux regrouperont également les services de réanimation et USC d?un même territoire, à Lyon et Marseille par exemple. <em>« Notre objectif est d?être largement mobilisés un même jour sur tout le territoire pour nous faire entendre, »</em> précise les infirmières de l?union des réanimations. <em>« Sans réponse de la part des autorités le 11 mai, on continuera le mouvement ! »</em> concluent-elles.</p>
<p style="text-align: right;"><strong>Adrien Collet</strong></p>
<p style="text-align: right;"><a class="maxbutton-3 maxbutton maxbutton-newsletter" title="Abonnez-vous à la newsletter Actusoins" href="https://www.actusoins.com/inscription-newsletter"><span class='mb-text'>Je m'abonne à la newsletter</span></a></p>
<p>Cet article <a rel="nofollow" href="https://www.actusoins.com/348272/les-soignants-de-reanimation-appeles-a-se-mobiliser-le-11-mai.html">Les soignants de réanimation appelés à se mobiliser le 11 mai</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://www.actusoins.com">Actusoins - infirmière, infirmier libéral actualité de la profession</a></p>
<img src="http://feeds.feedburner.com/~r/actusoins/~4/FKxdWlnbrJk" height="1" width="1" alt=""/>
Réserve sanitaire : des volontaires de moins en moins nombreux
Category Newsletter, Vie professionnelle, covid, Covid-19, crise sanitaire, EPRUS, infirmière, renfort, renforts, réserve, Réserve Sanitaire, vaccination covid
Published:
Description: <p>Depuis le début de la crise sanitaire, la Réserve sanitaire intervient en renfort sur l?ensemble du territoire français, pour tout type de mission exigeant un appui en ressources humaines sanitaires. Mais au fil des mois, les volontaires sont de moins en moins nombreux. Le point. Courant mars, environ 170 infirmiers de la Réserve sanitaire étaient [&#8230;]</p>
<p>Cet article <a rel="nofollow" href="https://www.actusoins.com/348242/reserve-sanitaire-des-volontaires-de-moins-en-moins-nombreux.html">Réserve sanitaire : des volontaires de moins en moins nombreux</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://www.actusoins.com">Actusoins - infirmière, infirmier libéral actualité de la profession</a></p>
  more...
<p><span style="color: #808080;"><strong>Depuis le début de la crise sanitaire, la Réserve sanitaire intervient en renfort sur l?ensemble du territoire français, pour tout type de mission exigeant un appui en ressources humaines sanitaires. Mais au fil des mois, les volontaires sont de moins en moins nombreux. Le point.</strong></span></p>
<div id="attachment_348244" style="width: 260px" class="wp-caption alignright"><img aria-describedby="caption-attachment-348244" data-attachment-id="348244" data-permalink="https://www.actusoins.com/348242/reserve-sanitaire-des-volontaires-de-moins-en-moins-nombreux.html/covid-19outbreak-healthcareworker-nurseworkinginintensivecareunit" data-orig-file="https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/reserve-sanitaire-des-volontaires-de-moins-en-moins-nombreux-scaled.jpg" data-orig-size="2300,1535" data-comments-opened="1" data-image-meta="{&quot;aperture&quot;:&quot;0&quot;,&quot;credit&quot;:&quot;Shutterstock&quot;,&quot;camera&quot;:&quot;&quot;,&quot;caption&quot;:&quot;&quot;,&quot;created_timestamp&quot;:&quot;0&quot;,&quot;copyright&quot;:&quot;Copyright (c) 2020 David Herraez Calzada\/Shutterstock. No use without permission.&quot;,&quot;focal_length&quot;:&quot;0&quot;,&quot;iso&quot;:&quot;0&quot;,&quot;shutter_speed&quot;:&quot;0&quot;,&quot;title&quot;:&quot;Covid-19,Outbreak.,Healthcare,Worker.,Nurse,Working,In,Intensive,Care,Unit.&quot;,&quot;orientation&quot;:&quot;1&quot;}" data-image-title="Covid 19,Outbreak.,Healthcare,Worker.,Nurse,Working,In,Intensive,Care,Unit." data-image-description="" data-medium-file="https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/reserve-sanitaire-des-volontaires-de-moins-en-moins-nombreux-250x167.jpg" data-large-file="https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/reserve-sanitaire-des-volontaires-de-moins-en-moins-nombreux-1024x684.jpg" class="wp-image-348244 size-medium" title="Réserve sanitaire : des volontaires de moins en moins nombreux" src="https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/reserve-sanitaire-des-volontaires-de-moins-en-moins-nombreux-250x167.jpg" alt="Réserve sanitaire : des volontaires de moins en moins nombreux" width="250" height="167" srcset="https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/reserve-sanitaire-des-volontaires-de-moins-en-moins-nombreux-250x167.jpg 250w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/reserve-sanitaire-des-volontaires-de-moins-en-moins-nombreux-1024x684.jpg 1024w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/reserve-sanitaire-des-volontaires-de-moins-en-moins-nombreux-768x513.jpg 768w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/reserve-sanitaire-des-volontaires-de-moins-en-moins-nombreux-1536x1025.jpg 1536w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/reserve-sanitaire-des-volontaires-de-moins-en-moins-nombreux-2048x1367.jpg 2048w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/reserve-sanitaire-des-volontaires-de-moins-en-moins-nombreux-170x113.jpg 170w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/reserve-sanitaire-des-volontaires-de-moins-en-moins-nombreux-90x60.jpg 90w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/reserve-sanitaire-des-volontaires-de-moins-en-moins-nombreux-300x200.jpg 300w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/reserve-sanitaire-des-volontaires-de-moins-en-moins-nombreux-1200x801.jpg 1200w" sizes="(max-width: 250px) 100vw, 250px" /><p id="caption-attachment-348244" class="wp-caption-text">© ShutterStock</p></div>
<p>Courant mars, environ 170 infirmiers de la Réserve sanitaire étaient mobilisés en métropole et en Outre-mer, en réanimation, en renfort des centres hospitaliers, mais aussi sur des campagnes de vaccination Covid ou dépistage.</p>
<p>Mais depuis le début du mois d?avril, les demandes de renforts auprès de la Réserve sanitaire s?accroissent, notamment en métropole avec l?émergence de la troisième vague de la Covid.</p>
<p>A titre d?exemple, 2557 réservistes sanitaires avaient été demandés le 20 avril pour des renforts en métropole, sans compter les nombreuses demandes de renfort pour les DROM-COM, contre 58 fin mars.</p>
<p>Un appel à mobilisation a d?ailleurs été lancé le 31 mars par Emmanuel Macron, et relancé depuis. Invitée de BFM le 4 avril, Catherine Lemorton, responsable de la Réserve sanitaire, a pointé du doigt le manque de volontaires, chiffres à l?appui : lors du premier confinement, <a href="https://www.bfmtv.com/sante/comment-se-frendre-disponible-pour-la-reserve-sanitaire_VN-202104050138.html">lorsqu'une alerte était lancée</a>, les infirmiers de réanimation par exemple répondaient à 11,36%.</p>
<p>Lors de la seconde vague d'octobre, il y avait un retour de 1,45%. A la suite de la demande de mobilisation du 31 mars, seuls 0,26% ont répondu. Les soignants sont selon elle « <em>épuisés</em> » et « <em>tous occupés</em> » par leur travail respectif. Or, les volontaires ne peuvent pas palier les « <em>carences structurelles de l'offre de soin</em> ».</p><div class="actus-content" style="text-align: center; " id="actus-1858119791"><div style="margin-left: auto; margin-right: auto; text-align: center; " id="actus-1190861721" data-advadstrackid="306615" data-advadstrackbid="1" data-advadsredirect="" class="actus-target"><a href="https://www.brothier.com/mentions-reglementaires-des-produits/" rel="nofollow" class="adv-link" target="_blank"><img src="https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2019/10/coalgan.gif" alt="" width="728" height="90" style="display: inline-block; max-width: 100%; height: auto;" /></a></div></div>
<h2><strong>Méconnaissance de la structure</strong></h2>
<p>Le peu de volontaires s?explique peut-être aussi par la méconnaissance de l?existence de la structure. « <em>La Réserve sanitaire n?est vraiment pas connue chez les infirmiers</em> », confirme Romain, diplômé depuis un an et demi et réserviste.</p>
<p>A la fin de ses études, il s?oriente vers l?intérim et la vacation, et c?est dans un centre hospitalier en Guyane qu?il apprend l?existence de la Réserve sanitaire. « <em>Je m?y suis inscrit en 2019 et j?ai fait quatre missions d?affilées de décembre 2020 jusqu?à fin mars 2021, à chaque fois pour la Covid-19</em> », indique celui qui est désormais en CDD dans un Centre hospitalier de La Réunion.</p>
<p>Même discours chez Laurence, retraitée et réserviste, qui a connu l?Eprus devenue Réserve sanitaire, grâce au poste qu?elle occupait «<em> lorsque j?étais infirmière à la DASS </em>».</p>
<p>Autre élément également peut-être méconnu : il faut bien avoir finalisé son dossier et donc avoir signé un contrat d?engagement pour recevoir les ordres de missions, postuler et partir. « <em>J?ai des collègues qui me disent ne pas être appelées, fait savoir Laurence. Mais lorsque je leur demande si elles ont bien signé leur contrat, je me rends compte que ce n?est pas le cas et qu?elles n?étaient pas au courant de l?intégralité de la procédure. </em>»</p>
<p>Les volontaires doivent aussi être éligibles à la réserve sanitaire et donc fournir une preuve d?exercice de moins de cinq ans et de leur inscription à l?Ordre.  Cela pourrait expliquer en partie pourquoi les infirmiers sont un peu plus de 15 000 à être inscrits au sein de la Réserve mais uniquement un peu plus de 2100 à être réellement engagés, c?est-à-dire à avoir finalisé leur dossier.</p>
<h2><strong>Travail enrichissant</strong></h2>
<p>Pourtant, les réservistes en témoignent, l?expérience au sein de la Réserve sanitaire est riche et variée. C?est dans le cadre de la crise sanitaire que Laurence a finalisé son dossier fin février 2020, car « <em>c?était évident que je n?allais pas rester les bras croisés, fait-elle savoir. A chaque fois que j?ai postulée, j?ai été appelée </em>».</p>
<p>Les réservistes reçoivent des emails d?alerte avec le descriptif de la mission, à laquelle ils postulent ou non. « <em>Si on postule, on peut être appelé et on doit être disponibles dans les jours qui suivent, rapporte-t-elle. On m?a déjà appelée le dimanche soir pour le lundi.</em> »</p>
<p>Les infirmiers sont sélectionnés pour les missions selon leurs disponibilités et l?adéquation de leurs compétences avec la mission. Laurence est de son côté d?abord partie au Centre hospitalier de Mulhouse pendant cinq semaines en réanimation covid. « <em>C?était terrible, se rappelle-t-elle. Je n?avais jamais vu ça de toute ma carrière. Mais la Réserve sanitaire a pris soin de nous, avec des débriefing tous les soirs.</em> »</p>
<p>Pendant leur mission, les réservistes n?ont à s?occuper de rien : ils sont hébergés dans des hôtels, logés, nourris, avec des voitures de location. « <em>Pendant cette période, j?ai eu cette impression de vivre dans l?irréel, d?être entre parenthèse pendant cinq semaines </em>», se souvient-elle.</p>
<p>A la fin de cette mission, elle s?est isolée deux semaines chez elle avant de repartir en mission. « <em>J?ai eu psychologiquement besoin de cet isolement, de ce sas d?atterrissage pour récupérer</em> », souligne-t-elle. Elle est ensuite repartie dans l?Aisne puis en Guyane l?été dernier pour les prélèvements dans le cadre du Covid.</p>
<p>En Ehpad Covid dans le Loiret, en réanimation Covid à Tahiti, idem dans le Jura et à La Réunion : c?est pour voyager et partager des expériences que Romain s?est inscrit à la Réserve sanitaire. « <em>Lors de ma première mission en Ehpad, j?ai ressenti que les équipes étaient réellement perdues, dans le besoin et en détresse, témoigne-t-il. Nous leur avons apporté notre expérience et notre soutien. La Réserve est un partage de compétences, de savoir-être et de savoir-faire.</em> »</p>
<p>A la fin de sa mission, il postule pour la Polynésie française et est contacté immédiatement. « <em>J?ai juste eu le temps de rentrer faire une valise avant de repartir prendre l?avion. J?y suis restée trois semaines, les besoins étaient nombreux, j?ai beaucoup travaillé et c?était très enrichissant de voir une autre réanimation dotée d?autres moyens que ceux que je connaissais. J?ai beaucoup appris.</em> »</p>
<p>L?indemnisation des réservistes devrait passer de 125 à 200 euros par jour de mission. Une augmentation qui va peut-être influer sur le nombre d?inscriptions. « <em>Le problème, c?est qu?on est payé trois mois après la mission et six mois plus tard pour les frais professionnels, indique Romain. C?est une contrainte quand des soignants se mettent en congé pour partir et qu?ils ont des charges à payer?</em> »</p>
<p style="text-align: right;"><strong>Laure Martin</strong></p>
<p style="text-align: right;"><a class="maxbutton-3 maxbutton maxbutton-newsletter" title="Abonnez-vous à la newsletter Actusoins" href="https://www.actusoins.com/inscription-newsletter"><span class='mb-text'>Je m'abonne à la newsletter</span></a></p>
<p>Cet article <a rel="nofollow" href="https://www.actusoins.com/348242/reserve-sanitaire-des-volontaires-de-moins-en-moins-nombreux.html">Réserve sanitaire : des volontaires de moins en moins nombreux</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://www.actusoins.com">Actusoins - infirmière, infirmier libéral actualité de la profession</a></p>
<img src="http://feeds.feedburner.com/~r/actusoins/~4/zFO-wLEtB7w" height="1" width="1" alt=""/>
« Les infirmiers en pratique avancée devraient avoir des grilles indiciaires supérieures »
Category A LA UNE, En Bref, Newsletter, ANFIPA, CNP IPA, EIPA, Etudiant infirmier en pratique avancée, infirmier en pratique avancée, Infirmière en pratique avancée, IPA, IPA urgences, IPAL, modalités d'accès à la formation d'IPA, pratique, Pratique avancée, revalorisation salariale, UNIPA
Published:
Description: <p>Pour Julie Devictor, présidente du conseil national professionnel des IPA (CNP IPA), la grille salariale proposée par le ministère aux IPA n'est pas à la hauteur de leurs compétences et de leurs responsabilités. Soins  primaires, premier recours, IPA urgence et revalorisation salariale... elle revient sur les grands sujets d'actualité concernant les infirmiers en pratique avancée. [&#8230;]</p>
<p>Cet article <a rel="nofollow" href="https://www.actusoins.com/348226/les-infirmiers-en-pratique-avancee-devraient-avoir-des-grilles-indiciaires-superieures.html">« Les infirmiers en pratique avancée devraient avoir des grilles indiciaires supérieures »</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://www.actusoins.com">Actusoins - infirmière, infirmier libéral actualité de la profession</a></p>
  more...
<p><span style="color: #808080;"><strong>Pour Julie Devictor, présidente du conseil national professionnel des IPA (CNP IPA), la grille salariale proposée par le ministère aux IPA n'est pas à la hauteur de leurs compétences et de leurs responsabilités. Soins  primaires, premier recours, IPA urgence et revalorisation salariale... elle revient sur les grands sujets d'actualité concernant les infirmiers en pratique avancée.</strong></span></p>
<h2><span style="color: #0000ff;"><strong><img data-attachment-id="348227" data-permalink="https://www.actusoins.com/348226/les-infirmiers-en-pratique-avancee-devraient-avoir-des-grilles-indiciaires-superieures.html/unknownwoman-doctorandpatientsittingatthetable-verygood" data-orig-file="https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/les-infirmiers-en-pratique-avancee-devraient-avoir-des-grilles-indiciaires-superieures-scaled.jpg" data-orig-size="2300,1362" data-comments-opened="1" data-image-meta="{&quot;aperture&quot;:&quot;0&quot;,&quot;credit&quot;:&quot;Shutterstock&quot;,&quot;camera&quot;:&quot;&quot;,&quot;caption&quot;:&quot;&quot;,&quot;created_timestamp&quot;:&quot;0&quot;,&quot;copyright&quot;:&quot;Copyright (c) 2021 Andrei_R\/Shutterstock. No use without permission.&quot;,&quot;focal_length&quot;:&quot;0&quot;,&quot;iso&quot;:&quot;0&quot;,&quot;shutter_speed&quot;:&quot;0&quot;,&quot;title&quot;:&quot;Unknown,Woman-doctor,And,Patient,Sitting,At,The,Table.,Very,Good&quot;,&quot;orientation&quot;:&quot;1&quot;}" data-image-title="Unknown,Woman Doctor,And,Patient,Sitting,At,The,Table.,Very,Good" data-image-description="" data-medium-file="https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/les-infirmiers-en-pratique-avancee-devraient-avoir-des-grilles-indiciaires-superieures-250x148.jpg" data-large-file="https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/les-infirmiers-en-pratique-avancee-devraient-avoir-des-grilles-indiciaires-superieures-1024x606.jpg" class="alignright wp-image-348227 size-medium" title="Les IPA infirmiers en pratique avancée devraient avoir des grilles indiciaires supérieures" src="https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/les-infirmiers-en-pratique-avancee-devraient-avoir-des-grilles-indiciaires-superieures-250x148.jpg" alt="Les IPA infirmiers en pratique avancée devraient avoir des grilles indiciaires supérieures" width="250" height="148" srcset="https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/les-infirmiers-en-pratique-avancee-devraient-avoir-des-grilles-indiciaires-superieures-250x148.jpg 250w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/les-infirmiers-en-pratique-avancee-devraient-avoir-des-grilles-indiciaires-superieures-1024x606.jpg 1024w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/les-infirmiers-en-pratique-avancee-devraient-avoir-des-grilles-indiciaires-superieures-768x455.jpg 768w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/les-infirmiers-en-pratique-avancee-devraient-avoir-des-grilles-indiciaires-superieures-1536x910.jpg 1536w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/les-infirmiers-en-pratique-avancee-devraient-avoir-des-grilles-indiciaires-superieures-2048x1213.jpg 2048w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/les-infirmiers-en-pratique-avancee-devraient-avoir-des-grilles-indiciaires-superieures-170x101.jpg 170w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/les-infirmiers-en-pratique-avancee-devraient-avoir-des-grilles-indiciaires-superieures-90x53.jpg 90w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/les-infirmiers-en-pratique-avancee-devraient-avoir-des-grilles-indiciaires-superieures-300x178.jpg 300w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/les-infirmiers-en-pratique-avancee-devraient-avoir-des-grilles-indiciaires-superieures-1200x711.jpg 1200w" sizes="(max-width: 250px) 100vw, 250px" /><span style="color: #19557e;">Où en est la revalorisation des salaires concernant les IPA ?</span></strong></span></h2>
<p><em>Olivier Véran, que nous avons rencontré le 19 avril, nous a confirmé que nous sommes concernés par les revalorisations. Il est prévu que les IPA soient revalorisés à la hauteur de la grille des infirmiers spécialisés. Cela ne nous satisfait pas car cela correspond à une augmentation infime.</em></p>
<p><em> Les grilles des infirmiers en soins généraux de deuxième grade sont strictement identiques aux grilles des IPA de classe normale alors qu'on est formés deux années de plus et qu?on est entièrement responsables des suivis qu?on assure. Or comme il faut huit ans aux IPA pour atteindre la classe supérieure, cela signifie que les infirmiers expérimentés et déjà en classe supérieure qui vont devenir IPA n'auront aucune revalorisation de leur grille indiciaire pendant huit ans...</em></p>
<p><em>Olivier Véran nous a dit que nous aurions une prime qui ne nous décevrait pas et une NBI, que nous n'avons pas pour l'instant.</em></p>
<p><em> Cela reste insuffisant car ce n'est pas pérenne. A diplôme académique supérieur et responsabilités supérieures, les IPA devraient avoir des grilles indiciaires supérieures.</em></p>
<p><em> Selon les pays, la différence de salaires entre infirmiers en soins généraux et IPA est de 40 à 100%. Pour nous ce serait moins de 10%...</em></p>
<h2><span style="color: #19557e;"><strong>Quel état des lieux de la pratique avancée avez-vous évoqué avec le ministre ?</strong></span></h2>
<p><em>Nous avons beaucoup parlé de la pratique avancée en soins primaires. Il ne peut pas y en avoir car les IPA ne peuvent pas vivre de leur activité dans ce cadre.</em></p><div class="actus-content" style="text-align: center; " id="actus-2030151378"><div style="margin-left: auto; margin-right: auto; text-align: center; " id="actus-247987589" data-advadstrackid="306615" data-advadstrackbid="1" data-advadsredirect="" class="actus-target"><a href="https://www.brothier.com/mentions-reglementaires-des-produits/" rel="nofollow" class="adv-link" target="_blank"><img src="https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2019/10/coalgan.gif" alt="" width="728" height="90" style="display: inline-block; max-width: 100%; height: auto;" /></a></div></div>
<p><em> C'est un métier prescripteur mais cela fait deux ans que le système d'information de la CNAM n'a toujours pas prévu de numéro de prescripteur pour les IPA.</em></p>
<p><em> Ce qui fait que nos prescriptions sont refusées par les pharmaciens ou les radiologues, par exemple, ou que les patients ne sont pas remboursés. Olivier Véran a immédiatement appelé le directeur général de la CNAM, Thomas Fatome, qui lui a dit que ses services étaient sur le pont. Certains d'entre nous sont diplômés depuis quasiment deux ans et il est vraiment temps qu'on ait les moyens d'exercer !</em></p>
<p><em> C'est clairement préjudiciable au développement de la pratique avancée.</em></p>
<h2><span style="color: #19557e;"><strong>Quelle place se profile par ailleurs pour les IPA dans le premier recours ?</strong></span></h2>
<p><em>Le renforcement du rôle de premier recours des IPA est acté dans la mesure 6 du Ségur mais il n'a pas du tout été évoqué dans loi Rist (visant à améliorer le système de santé par la confiance et la simplification, NDLR).</em></p>
<p><em> Nous nous en sommes émus auprès d'Olivier Véran car cela pose problème sur le terrain. Le système actuel, avec un adressage exclusif par les médecins avec qui on a signé protocole d'organisation, et le fait que nous n'ayons pas le droit d'initier de prescription, ne nous permet pas d'exercer de manière efficace, notamment dans le champ de la prévention.</em></p>
<p><em> Il faut que nous puissions accéder à certaines prescriptions médicales comme les soins infirmiers, de rééducation ou les bons de transport. Le problème se posera aussi pour les futures IPA « urgence » qui pourront prendre en charge des patients seules, pour une plaie par exemple, mais pas prescrire  l'ablation des fils...</em></p>
<p><em> C'est normal que chacun ait ses missions mais il est temps d'adapter le cadre législatif et réglementaire aux besoins de santé et au champ d'exercice et de compétence des professionnels non médicaux. Il faut changer la loi qui prévoit que les auxiliaires médicaux en pratique avancée ne peuvent qu'adapter ou renouveler les prescriptions médicales.</em></p>
<p><em> Il y a une crainte de surprescription mais il est prouvé que les IPA ne prescrivent pas plus que médecins.</em></p>
<h2><span style="color: #19557e;"><strong>Où en sont par ailleurs les travaux sur les IPA « urgence » ?</strong></span></h2>
<p><em>Le référentiel est quasiment bouclé avec la DGOS. La formation devrait commencer en septembre. Nous soutenons ce projet de cinquième mention.</em></p>
<p><em> Dans un premier temps, ils n'exerceront que dans le cadre de la médecine d'urgence en milieu hospitalier mais nous espérons qu'ils pourront ensuite exercer en ville, dans des MSP par exemple.</em></p>
<p><em> Deux parcours sont prévus, un parcours 100% paramédical, dans lequel l'IPA prend en charge le patient de A à Z, et un parcours médico-paramédical dans lequel le diagnostic et la stratégie thérapeutique seront posés par le médecin. L'IPA pourra prendre le relai ou travaillera de concert avec lui jusqu'à la sortie ou l'hospitalisation du patient.</em></p>
<h2><span style="color: #19557e;"><strong>Comprenez-vous que la création de ces IPA « urgence » inquiète les Iade ? </strong></span></h2>
<p>Q<em>uand les infirmiers anesthésistes découvriront le référentiel d'activité des IPA urgences, ils se rendront compte qu'on n'est pas dans le même champ d'intervention : les IPA dans les parcours paramédicaux ne seront pas dans la prise en charge critique et ne remplaceront pas les Iade.</em></p>
<p><em> Il n'y a aucune raison de se sentir en concurrence. Les IPA font un peu peur à tout le monde, les médecins, les cadres... Avec un peu de communication et de pédagogie, tout le monde comprendra qu'on a des métiers complémentaires.</em></p>
<p style="text-align: right;"><strong>Propos recueillis par Géraldine Langlois</strong></p>
<p style="text-align: right;"><a class="maxbutton-3 maxbutton maxbutton-newsletter" title="Abonnez-vous à la newsletter Actusoins" href="https://www.actusoins.com/inscription-newsletter"><span class='mb-text'>Je m'abonne à la newsletter</span></a></p>
<p>Cet article <a rel="nofollow" href="https://www.actusoins.com/348226/les-infirmiers-en-pratique-avancee-devraient-avoir-des-grilles-indiciaires-superieures.html">« Les infirmiers en pratique avancée devraient avoir des grilles indiciaires supérieures »</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://www.actusoins.com">Actusoins - infirmière, infirmier libéral actualité de la profession</a></p>
<img src="http://feeds.feedburner.com/~r/actusoins/~4/5idpEEIkOCI" height="1" width="1" alt=""/>
La défenseure des droits en faveur d?un ratio minimal de personnel et d?une revalorisation des parcours professionnels en Ehpad
Category Newsletter, Vie professionnelle, Aide-soignante en Ehpad, Bientraitance, Conditions de travail, défenseur des droits, EHPAD, infirmière ehpad, infirmière en Ehpad, maltraitance en ehpad, plan d'action Ehpad
Published:
Description: <p>Dans un rapport sur les "droits fondamentaux des personnes âgées accueillies en Ehpad", la défenseure des droits, Claire Hédon, se déclare favorable à un ratio minimal de 0,8 équivalent temps plein de personnel par résident et à la revalorisation des carrières. Dans son rapport, la défenseure des droits constate que le droit à l'accompagnement individualisé et adapté en [&#8230;]</p>
<p>Cet article <a rel="nofollow" href="https://www.actusoins.com/348182/la-defenseur-des-droits-en-faveur-dun-ratio-minimal-de-personnel-et-dune-revalorisation-des-parcours-professionnels-en-ehpad.html">La défenseure des droits en faveur d&#8217;un ratio minimal de personnel et d&#8217;une revalorisation des parcours professionnels en Ehpad</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://www.actusoins.com">Actusoins - infirmière, infirmier libéral actualité de la profession</a></p>
  more...
<p><strong><span style="color: #808080;">Dans <a href="https://www.defenseurdesdroits.fr/sites/default/files/atoms/files/rap-ehpad-num-29.04.21.pdf" target="_blank" rel="noopener">un rapport</a> sur les "droits fondamentaux des personnes âgées accueillies en Ehpad", la <span style="caret-color: #808080;">défenseure</span> des droits, Claire Hédon, se déclare favorable à un ratio minimal de 0,8 équivalent temps plein de personnel par résident et à la revalorisation des carrières.</span></strong></p>
<p><img data-attachment-id="348190" data-permalink="https://www.actusoins.com/348182/la-defenseur-des-droits-en-faveur-dun-ratio-minimal-de-personnel-et-dune-revalorisation-des-parcours-professionnels-en-ehpad.html/retirementhomeroadsigncalledehpadinfrenchlanguage" data-orig-file="https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/la-defenseur-des-droits-en-faveur-d-un-ratio-minimal-de-personnel-et-d-une-revalorisation-des-parcours-professionnels-en-ehpad-scaled.jpg" data-orig-size="2300,1150" data-comments-opened="1" data-image-meta="{&quot;aperture&quot;:&quot;0&quot;,&quot;credit&quot;:&quot;Shutterstock&quot;,&quot;camera&quot;:&quot;&quot;,&quot;caption&quot;:&quot;&quot;,&quot;created_timestamp&quot;:&quot;0&quot;,&quot;copyright&quot;:&quot;Copyright (c) 2020 ricochet64\/Shutterstock. No use without permission.&quot;,&quot;focal_length&quot;:&quot;0&quot;,&quot;iso&quot;:&quot;0&quot;,&quot;shutter_speed&quot;:&quot;0&quot;,&quot;title&quot;:&quot;Retirement,Home,Road,Sign,Called,Ehpad,In,French,Language&quot;,&quot;orientation&quot;:&quot;1&quot;}" data-image-title="Retirement,Home,Road,Sign,Called,Ehpad,In,French,Language" data-image-description="" data-medium-file="https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/la-defenseur-des-droits-en-faveur-d-un-ratio-minimal-de-personnel-et-d-une-revalorisation-des-parcours-professionnels-en-ehpad-250x125.jpg" data-large-file="https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/la-defenseur-des-droits-en-faveur-d-un-ratio-minimal-de-personnel-et-d-une-revalorisation-des-parcours-professionnels-en-ehpad-1024x512.jpg" class="alignright wp-image-348190 size-medium" title="La défenseure des droits en faveur d'un ratio minimal de personnel et d'une revalorisation des parcours professionnels en Ehpad" src="https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/la-defenseur-des-droits-en-faveur-d-un-ratio-minimal-de-personnel-et-d-une-revalorisation-des-parcours-professionnels-en-ehpad-250x125.jpg" alt="La défenseure des droits en faveur d'un ratio minimal de personnel et d'une revalorisation des parcours professionnels en Ehpad" width="250" height="125" srcset="https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/la-defenseur-des-droits-en-faveur-d-un-ratio-minimal-de-personnel-et-d-une-revalorisation-des-parcours-professionnels-en-ehpad-250x125.jpg 250w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/la-defenseur-des-droits-en-faveur-d-un-ratio-minimal-de-personnel-et-d-une-revalorisation-des-parcours-professionnels-en-ehpad-1024x512.jpg 1024w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/la-defenseur-des-droits-en-faveur-d-un-ratio-minimal-de-personnel-et-d-une-revalorisation-des-parcours-professionnels-en-ehpad-768x384.jpg 768w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/la-defenseur-des-droits-en-faveur-d-un-ratio-minimal-de-personnel-et-d-une-revalorisation-des-parcours-professionnels-en-ehpad-1536x768.jpg 1536w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/la-defenseur-des-droits-en-faveur-d-un-ratio-minimal-de-personnel-et-d-une-revalorisation-des-parcours-professionnels-en-ehpad-2048x1024.jpg 2048w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/la-defenseur-des-droits-en-faveur-d-un-ratio-minimal-de-personnel-et-d-une-revalorisation-des-parcours-professionnels-en-ehpad-170x85.jpg 170w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/la-defenseur-des-droits-en-faveur-d-un-ratio-minimal-de-personnel-et-d-une-revalorisation-des-parcours-professionnels-en-ehpad-90x45.jpg 90w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/la-defenseur-des-droits-en-faveur-d-un-ratio-minimal-de-personnel-et-d-une-revalorisation-des-parcours-professionnels-en-ehpad-300x150.jpg 300w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/la-defenseur-des-droits-en-faveur-d-un-ratio-minimal-de-personnel-et-d-une-revalorisation-des-parcours-professionnels-en-ehpad-1200x600.jpg 1200w" sizes="(max-width: 250px) 100vw, 250px" />Dans son rapport, la défenseure des droits constate que le droit à l'accompagnement individualisé et adapté en Ehpad, est compromis par le manque de moyens, humains et financiers, des établissements.</p>
<p>"<em>Même certains soins, comme ceux qui relèvent de la toilette, sont organisés dans une logique comptable pour réduire les effectifs du personnel</em>", indique le rapport, qui souligne "<em>un décalage important entre les besoins des résidents et les effectifs réellement proposés par les Ehpad</em>". </p>
<p>"<em>La présence humaine - mesurée à travers le taux d'encadrement -  est largement insuffisante pour une prise en charge respectueuse des droits du résident. Ces taux d'encadrement ne sont pas satisfaisants et ne correspondent pas aux besoins réels de prise en charge. De plus, le ration comprend le personnel soignant mais aussi le personnel administratif de l'Ehpad, qui n'accompagne pas directement les résident</em>s", considère la défenseure des droits. </p>
<h2>Manque d'attractivité</h2>
<p>Elle pointe par ailleurs un "<em>manque d'attractivité des métiers du secteur du grand âge (conditions de travail difficiles, salaires trop faibles, manque de reconnaissance, formation insuffisante...)</em>".</p>
<p>Résultat? "<em>Des difficultés chroniques en matière de recrutement". "Les établissements se voient dès lors trop souvent contraints d'embaucher du personnel non formé et non qualifié</em>". </p>
<p>L'absence de formation continue du personnel, notamment en matière de lutte contre la maltraitance se surajoute à ces difficultés, indique le rapport. "<em>Or, la formation des professionnels sur des sujets tels que les spécificités du public accueilli, la bientraitance, la douleur...permet de répondre de manière plus adéquate aux besoins des personnes accompagnées. Elle favorise une consolidation des compétences et des pratiques professionnelles sur les aspects complexes de l'accompagnement</em>". </p><div class="actus-content" style="text-align: center; " id="actus-1035280061"><div style="margin-left: auto; margin-right: auto; text-align: center; " id="actus-446659502" data-advadstrackid="306615" data-advadstrackbid="1" data-advadsredirect="" class="actus-target"><a href="https://www.brothier.com/mentions-reglementaires-des-produits/" rel="nofollow" class="adv-link" target="_blank"><img src="https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2019/10/coalgan.gif" alt="" width="728" height="90" style="display: inline-block; max-width: 100%; height: auto;" /></a></div></div>
<h2>Glissements de tâches et difficultés d'accès aux aides techniques</h2>
<p>Ces manquements ont des conséquences qui doivent faire l'objet "<em>d'une vigilance particulière</em>", pointe la défenseure des droits. </p>
<p>Déjà, parce que le glissement de tâches est présent dans plusieurs établissements. "<em>Il est fréquent d'observer des aides-soignants effectuant des actes infirmiers, des aides médico-psychologiques exécutant des tâches d'aides-soignants au lieu d'animer des activités culturelles, sociales, des loisirs, ou encore des 'dames de compagnie' se substituant au personnel de l'établissement (aide au repas, toilettes, changes), voire même s'immiscent dans les soins aux résidents, sans aucun contrôle de la part de certaines directions d'établissement</em>". </p>
<p>Ces glissements de tâches sont facilités par les nombreuses défaillances dans la gestion des ressources humaines, comme le manque d'élaboration des fiches de poste ou leur imprécision, la non vérification des diplômes, un défaut de planning, des entretiens annuel d'évaluation insuffisants et non formalisés, comme le soulèvent certaines ARS dans leur contribution écrite au Défenseur des droits. </p>
<p>Ensuite, parce que la protection du résident "<em>nécessite, tout d'abord, la satisfaction de ses besoins les plus fondamentaux</em>". Parmi ces besoins : la sécurité alimentaire. </p>
<p>S'agissant de l'organisation de la distribution des repas, selon les informations transmises à la défenseure des droits par plusieurs ARS, certains Ehpad s'exposent à des risques en ne disposant pas de protocoles définissant les échanges entre l'équipe de cuisine, le diététicien et les services sécurisant la chaîne alimentaire, "<em>notamment pour les personnes qui doivent suivre des régimes spéciaux.</em>" </p>
<p>La défenseure des droits a pu également relever que l'alimentation proposée aux résidents n'est pas toujours adaptée à leur degré d'autonomie. </p>
<p>"<em>Par exemple, certains proches de résidents regrettent que les repas soient servis moulinés ou mixés plutôt qu'une aide humaine soit octroyée au résident qui ne peut plus couper seul ses aliments</em>". </p>
<p>Enfin, la défenseure des droits constate des "<em>difficultés récurrentes"</em> concernant l'obtention, la réfection ainsi que l'entretien des aides techniques nécessaires à la compensation du handicap ou de la perte d'autonomie (lunettes, appareils auditifs, prothèses dentaires...) de nature à porter atteinte à la dignité et à l'autonomie des personnes concernées. </p>
<p style="text-align: right;"><strong>Rédaction ActuSoins</strong></p>
<p style="text-align: right;"><a class="maxbutton-3 maxbutton maxbutton-newsletter" title="Abonnez-vous à la newsletter Actusoins" href="https://www.actusoins.com/inscription-newsletter"><span class='mb-text'>Je m'abonne à la newsletter</span></a></p>
<blockquote>
<p><strong>Note de la rédaction : </strong></p>
<p><a href="https://www.defenseurdesdroits.fr/sites/default/files/atoms/files/rap-ehpad-num-29.04.21.pdf" target="_blank" rel="noopener">Le document de 68 pages</a> liste tous les droits de la personne en Ehpad : libre choix, droit à une prise en charge et à un accompagnement adaptés, droit à la santé, liberté d'aller et venir, droit à la vie privée, à l'intimité et au maintien des liens familiaux, droit à la propriété, droit au recours effectif et à la protection. La défenseure des droits fait 64 recommandations au total, qui s'adressent aux ministères chargés de la santé, de l'économie, de l'intérieur, aux ARS, aux conseils départementaux, et à la Haute autorité de santé. </p>
</blockquote>
<p>Cet article <a rel="nofollow" href="https://www.actusoins.com/348182/la-defenseur-des-droits-en-faveur-dun-ratio-minimal-de-personnel-et-dune-revalorisation-des-parcours-professionnels-en-ehpad.html">La défenseure des droits en faveur d&#8217;un ratio minimal de personnel et d&#8217;une revalorisation des parcours professionnels en Ehpad</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://www.actusoins.com">Actusoins - infirmière, infirmier libéral actualité de la profession</a></p>
<img src="http://feeds.feedburner.com/~r/actusoins/~4/4FHT1KAZyOI" height="1" width="1" alt=""/>
Parution d?un nouveau calendrier vaccinal : les professionnels de santé appelés à vérifier le statut vaccinal des patients
Category En Bref, Newsletter, calendrier vaccinal, couverture vaccinale, covid, Covid-19, obligation vaccinale, obligation vaccinale des soignants, recommandation vaccinale, Vaccin, vaccin anti-grippal, Vaccination, Vaccinations, Vaccins
Published:
Description: <p>Le nouveau calendrier vaccinal a été publié mercredi. Les professionnels concernés sont invités à vérifier systématiquement le statut vaccinal de l'ensemble de leurs patients, afin de saisir toute opportunité d'effectuer, le cas échéant, un rattrapage des vaccins qui n'auraient pas été réalisés lors des confinements successifs.  Ce rattrapage doit cibler en priorité les nourrissons et [&#8230;]</p>
<p>Cet article <a rel="nofollow" href="https://www.actusoins.com/348172/parution-dun-nouveau-calendrier-vaccinal-les-professionnels-de-sante-appeles-a-verifier-le-statut-vaccinal-des-patients.html">Parution d&#8217;un nouveau calendrier vaccinal : les professionnels de santé appelés à vérifier le statut vaccinal des patients</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://www.actusoins.com">Actusoins - infirmière, infirmier libéral actualité de la profession</a></p>
  more...
<p><span style="color: #808080;"><strong>Le <a href="https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/calendrier_vaccinal_300421.pdf" target="_blank" rel="noopener">nouveau calendrier vaccinal</a> a été publié mercredi. Les professionnels concernés sont invités à vérifier systématiquement le statut vaccinal de l'ensemble de leurs patients, afin de saisir toute opportunité d'effectuer, le cas échéant, un rattrapage des vaccins qui n'auraient pas été réalisés lors des confinements successifs. </strong></span></p>
<p><a href="https://www.actusoins.com/348172/parution-dun-nouveau-calendrier-vaccinal-les-professionnels-de-sante-appeles-a-verifier-le-statut-vaccinal-des-patients.html/doctorvaccinatingbabyinclinic" rel="attachment wp-att-348177"><img data-attachment-id="348177" data-permalink="https://www.actusoins.com/348172/parution-dun-nouveau-calendrier-vaccinal-les-professionnels-de-sante-appeles-a-verifier-le-statut-vaccinal-des-patients.html/doctorvaccinatingbabyinclinic" data-orig-file="https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/parution-d-un-nouveau-calendrier-vaccinal-les-professionnels-de-sante-appeles-a-verifier-le-statut-vaccinal-des-patients-scaled.jpg" data-orig-size="2300,1533" data-comments-opened="1" data-image-meta="{&quot;aperture&quot;:&quot;0&quot;,&quot;credit&quot;:&quot;Shutterstock&quot;,&quot;camera&quot;:&quot;&quot;,&quot;caption&quot;:&quot;&quot;,&quot;created_timestamp&quot;:&quot;0&quot;,&quot;copyright&quot;:&quot;Copyright (c) 2018 New Africa\/Shutterstock. No use without permission.&quot;,&quot;focal_length&quot;:&quot;0&quot;,&quot;iso&quot;:&quot;0&quot;,&quot;shutter_speed&quot;:&quot;0&quot;,&quot;title&quot;:&quot;Doctor,Vaccinating,Baby,In,Clinic&quot;,&quot;orientation&quot;:&quot;1&quot;}" data-image-title="Doctor,Vaccinating,Baby,In,Clinic" data-image-description="" data-medium-file="https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/parution-d-un-nouveau-calendrier-vaccinal-les-professionnels-de-sante-appeles-a-verifier-le-statut-vaccinal-des-patients-250x167.jpg" data-large-file="https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/parution-d-un-nouveau-calendrier-vaccinal-les-professionnels-de-sante-appeles-a-verifier-le-statut-vaccinal-des-patients-1024x683.jpg" class="size-medium wp-image-348177 alignright" src="https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/parution-d-un-nouveau-calendrier-vaccinal-les-professionnels-de-sante-appeles-a-verifier-le-statut-vaccinal-des-patients-250x167.jpg" alt="" width="250" height="167" srcset="https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/parution-d-un-nouveau-calendrier-vaccinal-les-professionnels-de-sante-appeles-a-verifier-le-statut-vaccinal-des-patients-250x167.jpg 250w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/parution-d-un-nouveau-calendrier-vaccinal-les-professionnels-de-sante-appeles-a-verifier-le-statut-vaccinal-des-patients-1024x683.jpg 1024w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/parution-d-un-nouveau-calendrier-vaccinal-les-professionnels-de-sante-appeles-a-verifier-le-statut-vaccinal-des-patients-768x512.jpg 768w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/parution-d-un-nouveau-calendrier-vaccinal-les-professionnels-de-sante-appeles-a-verifier-le-statut-vaccinal-des-patients-1536x1024.jpg 1536w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/parution-d-un-nouveau-calendrier-vaccinal-les-professionnels-de-sante-appeles-a-verifier-le-statut-vaccinal-des-patients-2048x1365.jpg 2048w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/parution-d-un-nouveau-calendrier-vaccinal-les-professionnels-de-sante-appeles-a-verifier-le-statut-vaccinal-des-patients-170x113.jpg 170w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/parution-d-un-nouveau-calendrier-vaccinal-les-professionnels-de-sante-appeles-a-verifier-le-statut-vaccinal-des-patients-90x60.jpg 90w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/parution-d-un-nouveau-calendrier-vaccinal-les-professionnels-de-sante-appeles-a-verifier-le-statut-vaccinal-des-patients-300x200.jpg 300w, https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2021/05/parution-d-un-nouveau-calendrier-vaccinal-les-professionnels-de-sante-appeles-a-verifier-le-statut-vaccinal-des-patients-1200x800.jpg 1200w" sizes="(max-width: 250px) 100vw, 250px" /></a>Ce rattrapage doit cibler en priorité les nourrissons et les populations particulièrement fragiles pour lesquelles des recommandations particulières figurent au calendrier vaccinal (personnes avec maladies chroniques, immunodéprimées, personnes âgées, femmes enceintes), rappelle le ministère des solidarités et de la santé sur son site. </p>
<p>Lors du premier confinement, une baisse importante des vaccins délivrés a été constatée, y compris chez les nourrissons. Pour cette raison, la Haute autorité de santé (HAS) recommande depuis juin 2020 aux professionnels de vérifier systématiquement le statut de l'ensemble de leurs patients, afin de procéder si besoin à des rattrapages. </p>
<p>Le calendrier vaccinal ne prend pas en compte la vaccination contre la Covid-19. Un calendrier complémentaire détaillant les recommandations de la HAS et précisant les schémas vaccinaux devrait être mis en ligne et être régulièrement réactualisé sur le site du ministère. </p>
<p>Parmi les  principales nouveautés inscrites au calendrier des vaccinations, l'extension de la vaccination contre les HPV aux garçons de 11 à 14 ans révolus avec un rattrapage vaccinal pour ceux âgés entre 15 et 19 ans révolus. Cette recommandation est applicable depuis le 1er janvier 2021. </p>
<p style="text-align: right;"><strong>Rédaction ActuSoins</strong></p>
<p style="text-align: right;"><a class="maxbutton-3 maxbutton maxbutton-newsletter" title="Abonnez-vous à la newsletter Actusoins" href="https://www.actusoins.com/inscription-newsletter"><span class='mb-text'>Je m'abonne à la newsletter</span></a></p><div class="actus-content" style="text-align: center; " id="actus-66070594"><div style="margin-left: auto; margin-right: auto; text-align: center; " id="actus-1345450551" data-advadstrackid="306615" data-advadstrackbid="1" data-advadsredirect="" class="actus-target"><a href="https://www.brothier.com/mentions-reglementaires-des-produits/" rel="nofollow" class="adv-link" target="_blank"><img src="https://www.actusoins.com/wp-content/uploads/2019/10/coalgan.gif" alt="" width="728" height="90" style="display: inline-block; max-width: 100%; height: auto;" /></a></div></div>
<p>Cet article <a rel="nofollow" href="https://www.actusoins.com/348172/parution-dun-nouveau-calendrier-vaccinal-les-professionnels-de-sante-appeles-a-verifier-le-statut-vaccinal-des-patients.html">Parution d&#8217;un nouveau calendrier vaccinal : les professionnels de santé appelés à vérifier le statut vaccinal des patients</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://www.actusoins.com">Actusoins - infirmière, infirmier libéral actualité de la profession</a></p>
<img src="http://feeds.feedburner.com/~r/actusoins/~4/imclWSNK1sg" height="1" width="1" alt=""/>

Mon compte